52 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
  Créer un compte Utilisateur

  Utilisateurs

Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2129

Actuellement :
Visiteur(s) : 52
Membre(s) : 0
Total :52

Administration


  Derniers Visiteurs

Philippe : 05h25:27
murat_erpuyan : 15h57:34
cengiz-han : 17h33:59
bendeniz : 1 jour, 45 min.47
opak : 1 jour, 03h45:36


  Nétiquette du forum

Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont postés dans le forum. Tout propos diffamatoires et injurieux ne sera toléré dans ces forums.


Forums d'A TA TURQUIE :: Voir le sujet - Turquie, Syrie et...
Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum Forums d'A TA TURQUIE
Pour un échange interculturel
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs    

Turquie, Syrie et...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » La vie sociale, économique & politique en Turquie mais aussi en France
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
SelimIII
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 30 Aoû 2007
Messages: 2337
Localisation: Paris

MessagePosté le: 16 Avr 2014 10:27    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas tout lu de ce que vous avez apporté (je vais le faire à un moment disponible) mais il est difficile de voir clair dans ce dossier. Comme Basar avait une mauvais réputation il est facile de le désigner du doigt.

Mais ce qui est certain, ce pays, certes pas démocratique, a été complétement déstabilisé par les forces extérieures provoquant un drame humanitaire que l'on n'ose pas parler, ou on ose pour enfoncer davantage Asad...

Ce qui est évident le pouvoir en Turquie a fait des choix catastrophiques, contraires aux intérêts du pays. Aujourd'hui cette stratégie est en faillite complète et je ne sais pas si un jour les dirigeants actuels de Turquie peuvent subir l'accusation crime contre l'humanité.

La faillite de cette stratégie est néfaste pour la Turquie puisque le sud de la Turquie est désormais bouclée par les forces qui seront manipulées par d'autres puissances.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 18 Avr 2014 3:01    Sujet du message: Répondre en citant

SelimIII a écrit:
Ce qui est évident le pouvoir en Turquie a fait des choix catastrophiques, contraires aux intérêts du pays. Aujourd'hui cette stratégie est en faillite complète et je ne sais pas si un jour les dirigeants actuels de Turquie peuvent subir l'accusation crime contre l'humanité.

La faillite de cette stratégie est néfaste pour la Turquie puisque le sud de la Turquie est désormais bouclée par les forces qui seront manipulées par d'autres puissances.


"le pouvoir en Turquie a fait des choix catastrophiques,"

Non, l’exécutif turc a fait les choix déjà prédéterminés par son allié plus précieux au monde. Ils n'y a pas à proprement parler une stratégie turque.
Donc, entre Obama et Erdogan, le premier tient le second par ses cou-couilles..Comme ça s'est déjà passé au Panama, au Chilie, etc..ils peuvent bien essayer de le supprimer accidentellement...sinon.. ils peuvent bien essayer de le supprimer accidentellement..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 18 Avr 2014 3:27    Sujet du message: 2014 : année de vérité pour les États-Unis Répondre en citant

Citation:
2014 : année de vérité pour les États-Unis



Deux pressions sont en train de se mettre en place sur le dollar américain. L’une vient de la baisse de la capacité de la Réserve fédérale à truquer le prix de l’or, parce que les approvisionnements en or occidentaux se ratatinent et que les marchés connaissent de plus en plus ces manipulations illégales des prix par la Fed.La preuve de la sous-évaluation des énormes quantités de transactions à découvert sur le marché à terme de l’or papier, à certains moments de la journée où la négociation est mince, est sans équivoque. Il est devenu évident que le prix de l’or est truqué sur le marché des contrats à terme afin de protéger la valeur du dollar contre le QE (NDT : Quantitative easing – l’assouplissement quantitatif, ou la planche à billets).

L’autre pression résulte des menaces insensées de sanctions du régime Obama contre la Russie. D’autres pays ne sont plus disposés à tolérer les abus de Washington de l’étalon mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux économies des pays qui résistent à son hégémonie politique.

La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l’ai signalé et comme le rapporte Peter Koenig icihttp://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm , la Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Désormais, la Russie va effectuer ses échanges, y compris la vente de pétrole et de gaz naturel vers l’Europe, en roubles et dans les monnaies de ses partenaires du BRICS.

Cela signifie une baisse importante de la demande pour le dollar américain et une baisse correspondante de la valeur de change du dollar.

Comme John Williams (shadowstats.com) a clairement fait savoir, l’économie américaine n’a pas récupéré de la récession de 2008 et est encore faible. La grande majorité de la population américaine est aux abois du fait de l’absence de croissance des revenus depuis des années. Comme les États-Unis ont maintenant une économie dépendante de l’importation, une baisse de la valeur du dollar va augmenter les prix aux États-Unis et pousser le niveau de vie vers le bas.

Toutes les preuves indiquent l’échec économique des États-Unis en 2014, et c’est la conclusion du rapport de John Williams du 9 Avril.

Cette année pourrait également voir l’éclatement de l’OTAN et même de l’UE. Le coup téméraire de Washington en Ukraine et les menaces de sanctions contre la Russie ont poussé les Etats fantoches de l’OTAN sur un terrain dangereux. Washington a mal évalué la réaction en Ukraine à son renversement du gouvernement démocratiquement élu et l’imposition d’un gouvernement fantoche. La Crimée a rapidement quitté l’Ukraine et a rejoint la Russie. D’autres anciens territoires russes en Ukraine pourraient bientôt suivre. Les manifestants à Lougansk, Donetsk et Kharkov réclament leurs propres référendums. Les manifestants ont proclamé la République populaire de Donetsk et la République populaire de Kharkov. Les larbins du gouvernement de Washington à Kiev ont menacé de mater les protestations par la violence.http://rt.com/news/eastern-ukraine-violence-threats-405/ . A Washington, ils affirment que les manifestations sont organisées par la Russie, mais personne ne les croit, pas même leurs pions ukrainiens.

Les rapports de presse russes ont identifié des mercenaires américains parmi les forces de Kiev qui ont été envoyées pour mater les séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Un membre du parti de l’extrême droite néo-nazi au parlement de Kiev, le Parti de la Patrie, a appelé à tirer et tuer les manifestants.

La violence contre les manifestants est susceptible de faire venir l’armée russe et entraîner le renvoi à la Russie de ses anciens territoires de l’Est de l’Ukraine qui y furent rattachés par le Parti communiste soviétique.

Washington, qui prend le risque de proférer des menaces à tour de bras, pousse l’Europe dans deux confrontations hautement indésirables. Les Européens ne veulent pas d’une guerre avec la Russie à cause du coup d’état de Washington à Kiev, et ils comprennent que les sanctions réelles sur la Russie, si elles sont appliquées, leur causeraient beaucoup plus de dégâts. Dans l’UE, l’inégalité économique croissante entre les pays, le chômage élevé, et l’austérité économique rigoureuse imposée aux membres les plus pauvres ont produit d’énormes contraintes. Les Européens ne sont pas d’humeur à supporter le poids d’un conflit orchestré par les Etats-Unis contre la Russie. Alors que Washington présente à l’Europe la guerre et le sacrifice, la Russie et la Chine offrent le commerce et l’amitié. Washington fera de son mieux pour garder les politiciens européens « achetés-et-payés » et qui sont dans la ligne de la politique américaine, mais les inconvénients pour l’Europe pour suivre Washington sont désormais beaucoup plus importants.

Sur de nombreux fronts, Washington est en train d’apparaître aux yeux du monde comme plein de duplicité, indigne de confiance, et totalement corrompu. Le procureur à la Securities and Exchange Commission (SEC), James Kidney, a profité de l’occasion de son départ à la retraite pour révéler que des personnes haut placées avaient étouffé ses poursuites contre Goldman Sachs et d’autres banques « too big to fail», parce que ses patrons au SEC n’étaient pas préoccupés par la justice, mais « par comment obtenir des emplois bien rémunérés quand ils quitteront les services gouvernementaux », en protégeant les banques contre les poursuites pour leurs actions illégales.http://www.counterpunch.org/2014/04/09/65578/

L’Agence américaine pour le développement international (l’USAID) a été surprise en train d’utiliser les médias sociaux pour renverser le gouvernement de Cuba. http://rt.com/news/cuba-usaid-senate-zunzuneo-241/

Cette audacieuse insouciance vient s’ajouter à la chute du gouvernement ukrainien par Washington, le scandale de l’espionnage de la NSA, le rapport d’enquête de Seymour Hersh selon lequel l’attaque au gaz sarin en Syrie a été un événement sous fausse bannière organisé par un membre de l’OTAN, la Turquie, pour justifier une attaque militaire américaine sur la Syrie , Washington forçant l’avion présidentiel du président bolivien Evo Morales à atterrir pour y effectuer des fouilles, les «armes de destruction massive » de Saddam Hussein, le détournement de la résolution de l’ONUconcernant la zone d’exclusion aérienne sur la Libye pour une attaque militaire, et ainsi de suite. Essentiellement, Washington a tellement détérioré la confiance des autres pays dans le jugement et l’intégrité du gouvernement américain que le monde a perdu sa foi dans le leadership américain. Washington est réduit à des menaces et des pots de vin et se présente de plus en plus comme un tyran.

Les coups de marteau auto-infligés à la crédibilité de Washington ont atteint les sommets. Le coup le plus grave de tous est la naissance d’une prise de conscience, partout dans le monde, que la stupide théorie de la conspiration du 11/9 avancée par Washington est fausse. Un grand nombre d’experts indépendants ainsi que plus d’une centaine de secouristes ont contredit tous les aspects de la théorie du complot absurde de Washington. Aucune personne avertie ne croit que quelques Saoudiens, qui ne pouvaient pas piloter des avions, opérant sans l’aide d’aucune agence de renseignement, ont berné l’ensemble de la National Security State, non seulement toutes les 16 agences de renseignement américaines, mais aussi tous les services de renseignement de l’OTAN et d’Israël.

Rien n’a fonctionné le 11/9. La sécurité de l’aéroport a eu des défaillances à quatre reprises en une heure, soit plus de défaillances en une heure qu’au cours de l’ensemble des autres 116 232 heures du 21ème siècle. Pour la première fois dans l’histoire, l’US Air Force n’a pas pu disposer d’avions au sol prêts à décoller ou dans le ciel. Pour la première fois dans l’histoire, le contrôle du trafic aérien a perdu des avions de ligne pendant une heure et ne l’a pas signalé. Pour la première fois dans l’histoire, une température basse de courte durée, provenant de feux sur quelques étages, affaiblit des structures en acier massif au point de causer leur effondrement. Pour la première fois dans l’histoire, trois gratte-ciel sont tombés, à la vitesse d’une chute libre, sans le recours de la démolition contrôlée qui supprime les résistances par le bas.

Deux-tiers des Américains ont gobé cette histoire de cinglés. La Gauche est tombée dans le panneau, parce qu’ils l’ont vu comme une riposte des opprimés à l’empire du mal qu’est l’Amérique. La Droite a gobé l’histoire, parce qu’ils l’ont vu comme une attaque des musulmans diabolisés contre la bonté américaine. Le président George W. Bush a très bien exprimé le point de vue de la Droite : « Ils nous détestent pour notre liberté et notre démocratie ».

Mais personne d’autre n’y a cru, les Italiens encore moins. Les Italiens avaient été informés quelques années auparavant au sujet des événements faux drapeau du gouvernement lorsque leur président a révélé la vérité sur l’Opération secrète Gladio. L’Opération Gladio était une opération dirigée par la CIA et le renseignement italien au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, consistant à faire sauter des bombes qui tuent des femmes et des enfants européens pour en accuser les communistes et, de ce fait, éroder le soutien des partis communistes européens.

Les Italiens étaient parmi les premiers à faire des présentations vidéo contestant l’histoire de cinglés de Washington sur le 9/11. Le nec plus ultra de ce défi est le film de 1 heure et 45 minutes, « . Zéro » que vous pouvez regarder ici:http://www.youtube.com/watch?v=QU961SGps8g&feature=youtu.be

Zéro a été produit comme un film d’investigation sur le 9/11 par la société italienne Telemaco. Beaucoup de gens importants apparaissent dans le film ainsi que des experts indépendants. Ensemble, ils réduisent à néant chacune des affirmations faites par le gouvernement des États-Unis concernant les explications du 9/11.

Le film a été présenté au Parlement européen.

Il est impossible pour toute personne qui regarde ce film de croire un seul mot de l’explication officielle du 9/11.

Il est de plus en plus difficile d’éviter de conclure que des éléments du gouvernement américain ont fait exploser les trois gratte-ciel de New York afin de détruire l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Somalie, la Syrie, l’Iran et le Hezbollah, et lancer les Etats-Unis dans l’ordre du jour des néo-conservateurs qui est l’hégémonie mondiale des États-Unis .

La Chine et la Russie ont protesté mais accepté la destruction de la Libye, même si c’était à leur propre détriment. Mais l’Iran est devenu une ligne rouge. Washington a été bloqué, et a donc décidé de causer de gros problèmes à la Russie en Ukraine afin de détourner celle-ci de l’ordre du jour des Etats-Unis ailleurs.

La Chine a été incertaine au sujet du compromis entre ses excédents commerciaux avec les États-Unis et son encerclement croissant par Washington avec des bases navales et aériennes. La Chine est venue à la conclusion qu’elle a le même ennemi que la Russie, à savoir Washington.

Une des deux choses suivantes est probable : soit le dollar américain sera abandonné, entrainant l’effondrement de sa valeur et mettant ainsi fin à l’état de superpuissance de Washington et à la menace qu’il représente pour la paix mondiale, soit Washington mènera ses marionnettes en conflit militaire avec la Russie et la Chine. Le résultat d’une telle guerre serait beaucoup plus dévastateur que l’effondrement du dollar américain.

Paul Craig Roberts


Le 9 avril 2014

Article original :
[url=http://www.globalresearch.ca/war-and-the-demise-of-the-us-dollar-is-the-us-or-the-world-coming-to-an-end-it-will-be-one-or-the-other/5377407]
paulcrobertsWar and the Demise of the US Dollar? Is the US or the World Coming to an End? It will be One or the Other[/url]

Traduit par Avic



Le Dr Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor US de la politique économique dans l’administration Reagan. Il a été rédacteur en chef adjoint et éditorialiste du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week et du Scripps Howard News Service. Il a occupé de nombreux postes universitaires. Son dernier livre, The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West est disponible ici: http://www.amazon.com/Failure-Capitalism-Economic-Dissolution-ebook/dp/B00BLPJNWE/




J'en sais rien moi, si les États-Unis vont tomber dans le tourisme de santé avec leur médical marihuana, s'ils le légalisent un peu partout dans chaque État !?
Après tout puisqu'on parle d'économie c'est un marché annuel de 40 milliards de dollars !!
Ou bien autre chose..encore.. puisque ce n'est pas suffisant à relever les Etats-Unis..
Quelque chose d'autre reste à éclaircir.. pourquoi Obama a autorisé Erdogan de payer l'Iran avec de l'or..Les affaires de corruption du 17 Décembre prennent leur source là-dessus..
Auriez-vous l'idée que le premier paragraphe de l'article ci-dessus contient la réponse en soi..??


allons dormir du sommeil du juste.. Very Happy le week-end de pâques commence.. Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 26 Mai 2014 12:45    Sujet du message: ONU : Réponse de la Syrie au projet de résolution initié par Répondre en citant

Citation:
ONU : Réponse de la Syrie au projet de résolution initié par la France et soldé par un quatrième véto sino-russe


Le 22 mai 2014,à l’initiative de la France, un projet de résolution visant à renvoyer « le dossier syrien » au procureur de la Cour Pénale Internationale [CPI] a été soumis au Conseil de sécurité des Nations Unies [1][2].

Pour mémoire, voici la réponse du Docteur Bachar al-Jaafari, délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies.

Au nom du gouvernement de la République arabe syrienne, j’exprime nos sincères condoléances au gouvernement et au peuple du Nigéria pour le malheur qui a frappé ses deux villes, Kano et Jos, suite aux attentats terroristes qui ont emporté la vie de centaines de civils innocents, ainsi que toute notre sympathie aux familles des victimes. Et si c’est par ces mots que je prends la parole, c’est bien parce que nul, autour de cette table ronde, ne peut ressentir l’atrocité du terrorisme autant que le peuple syrien.

Monsieur le Président, les modalités d’approche de la situation syrienne, par certains États présentateurs de ce projet de résolution, me rappellent « L’Étrange cas du Dr Jekyll & M. Hyde » de l’écrivain écossais Robert Stevenson. Car, ils ont beau cherché à jouer le rôle du bon docteur Jekyll en clamant leurs principes philanthropes, c’est en réalité le monstrueux M. Hyde qui les anime lorsqu’ils s’associent pour soutenir le terrorisme qui frappe mon pays et collaborent pour saigner davantage de Syriens, tout en se lamentant face à l’hémorragie !

Monsieur le Président, les mains de M. Hyde ruissellent du sang des Syriens, alors même qu’il se prétend « Ami du peuple syrien ». J’en veux pour preuve les propos tenus récemment, au Caire, par l’ancien chef de la dite « Coalition de l’opposition syrienne » [3], lequel vient d’être évoqué par mon collègue représentant la Fédération de Russie. Je cite : « La moitié de ceux qui se présentent comme étant les amis de la Syrie ne sont que des imposteurs, des menteurs et des hypocrites. Ce sont eux qui nous ont précipités dans la situation où nous sommes… L’Occident cherche la partition de la Syrie ! ». Voilà ce qu’a déclaré l’ancien chef de la « coalition de Doha», notoirement fabriquée, conditionnée et emballée dans certaines capitales bien connues de tous.

Les hasards du calendrier font qu’aujourd’hui coïncide avec ce jour de 1945 où la délégation syrienne, participant à la Conférence de San Francisco pour la mise en place de la Charte de l’Organisation des Nations Unies, a réussi à forger l’article 78 garantissant que la Syrie ne saurait être soumise à la tutelle française [4]. Le résultat de l’adoption de cet article, Mesdames et Messieurs, fut que les forces d’occupation françaises bombardèrent le Parlement syrien, le 29 mai 1945, et massacrèrent toute sa garnison [5] !

Aujourd’hui, vu les circonstances, et étant donné l’imprescriptibilité des crimes de guerre [6], contrairement à ceux que nous venons d’entendre, nous appelons le Conseil de sécurité à demander des comptes au gouvernement français pour ses crimes contre les Syriens et les peuples des nombreux pays que la France a occupés et dont elle a pillé les ressources.

Et, de notre côté, nous demandons au gouvernement français de présenter des excuses publiques pour l’ensemble des exactions de son « ère colonisatrice » ainsi que le versement d’indemnités au peuple syrien. De plus, nous lui affirmons que le peuple syrien n’est pas prêt d’oublier l’accord de Sikes-Picot qui a abouti à ce que la France arrache le Sandjak d’Alexandrette à la Syrie, pour le céder à la Turquie, dans l’espoir qu’elle renonce à entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne ainsi qu’ils l’ont prétendu ; comme il n’oubliera pas que c’est la France qui a introduit le terrorisme nucléaire israélien dans notre région au cours des années cinquante du siècle dernier.


Monsieur le Président, la première donnée qui est au fondement juridique du droit international est qu’il régit des rapports entre États souverains, lesquels États assument la responsabilité exclusive du droit interne reposant sur une autorité publique, garantie par leur système juridique qui en en assure le respect sur leurs territoires respectifs. Par conséquent, et suite aux événements malheureux vécus par mon pays, le gouvernement syrien a pris une série de mesures visant à poursuivre les responsables, à les juger, et à les condamner s’il y a lieu. Un Comité national, chargé d’enquêter sur ces événements, travaille conjointement avec la justice syrienne depuis le début de la crise sur des milliers de cas. Plus précisément, 30 000 enquêtes, procès, et jugements ont eu lieu ou sont en cours.

Ce qui confirme la volonté et la capacité du gouvernement syrien à assurer la justice sur son sol, et contredit n’importe lequel des prétextes évoqués pour justifier l’ingérence de n’importe quel organe judiciaire international, dans le but de s’accaparer des compétences qui relèvent de la justice nationale. D’autant plus que la crise syrienne a démasqué l’étendue des « deux poids deux mesures » dominant l’ONU, devenue un outil entre les mains de certains États pour en agresser d’autres, au nom de la Justice et de la loi !

C’est dans l’esprit même de cette dernière dérive qu’un groupe de pays membres a pris l’initiative de présenter le projet de résolution qui vient de nous être soumis. C’est un texte politique et discriminatoire, un texte d’ingérence par excellence ! Il a pour but de parasiter les prochaines élections présidentielles, de rebattre les cartes, d’attiser la crise, et de répondre à certains objectifs médiatiques pour la façade, en plus de chercher à entrainer le Conseil de sécurité dans le cortège de l’hystérie haineuse dont ce groupe témoigne à l’égard de l’État et du peuple syrien, sans oublier les tentatives désespérées de certains pour leur imposer une tutelle révolue.

Nous disons qu’en plus de mépriser la volonté des citoyens Syriens, ce texte est en flagrante contradiction avec les déclarations répétées du Conseil de sécurité qui s’est fortement engagé à respecter la souveraineté de la République arabe syrienne, son indépendance, l’unité et l’intégrité de son territoire, tout en insistant sur une solution politique à la crise sous direction syrienne.

Nous disons aussi que tous les arguments présentés par les États qui appellent le Conseil de sécurité des Nations Unies à renvoyer le dossier syrien au procureur de la CPI, ne sont que des allégations fallacieuses et politiciennes, totalement contraires à la vérité. Et si elles sont appuyées par diverses organisations onusiennes, il faut savoir que ces organisations ont sciemment ignoré les informations, les plaintes, les preuves et comptes-rendus documentés, avancés par le gouvernement syrien ; ce qui témoigne de leur participation effective aux agendas des États engagés dans la campagne d’agression contre mon pays.

Monsieur le Président, la Syrie croit en la justice pénale internationale et a été l’un des acteurs convaincus de la « Conférence de Rome » qui a travaillé à définir les règles de fonctionnement de la CPI. Elle a été l’un des premiers signataires du « Statut de Rome ». Mais si elle ne l’a pas ratifié, c’est bien parce que sa vision de cette justice était qu’elle devait être nécessairement générale, éloignée des doubles standards, de toute politisation et de toute discrimination. Partant de ces convictions, elle avait demandé à inclure le « crime d’agression » puisqu’il est la source de tous les autres crimes. Mais cela lui avait été refusé, d’où son abstention.

Et aujourd’hui, concernant la Syrie, le gouvernement de la République arabe syrienne vient affirmer que le respect de cette justice internationale exige :

Premièrement : De juger la responsabilité des gouvernements de la Turquie, de l’Arabie Saoudite, du Qatar, de la France, d’Israël, et d’autres pays qui ont incité à la violence publique et au terrorisme en Syrie, de n’importe quelle manière que ce soit, y compris, l’accueil, le financement, l’armement, ou l’entrainement des mercenaires terroristes venus par milliers de tous les coins de la planète, et sur les crimes desquels ils ont fermé les yeux allant jusqu’à les présenter comme des « opposants modérés » !

À ce propos, je porte à votre attention une information donnée par le chef d’état-major des forces aériennes libyennes. Il a déclaré, hier [21 mai], que l’organisation Al-Qaïda de Libye, et la faction des Frères Musulmans en Libye, avaient organisé 224 voyages aériens à partir de l’aéroport de Tripoli, pour transporter ce type de mercenaires vers la Syrie via la Turquie !

Monsieur le Président, aucune justice internationale n’est possible, tant que certains États continueront à violer les lois internationales et les résolutions du Conseil de sécurité en rapport avec la lutte contre le terrorisme, sans aucune limite ! Le terrorisme est un crime, qui que soit le criminel, et quel que soit son objectif. Et tout comme le terrorisme pratiqué par Boko Haram au Nigéria est condamnable et doit être combattu, il est impératif de combattre ses homologues couvés et entraînés par Israël dans la zone de séparation entre Israël et la Syrie, sur le Golan occupé, avec l’assistance d’un pays arabe voisin, ce que nous regrettons.

Quant à la Turquie, est-il besoin de rappeler qu’elle se charge de la même besogne dans le Nord, tandis que nombre de gouvernements arabes et occidentaux arment ces mercenaires terroristes au vu et au su des Nations Unies ?

Ils ont commis les pires crimes qui pèseront lourd sur la conscience de l’humanité, leur dernier ayant consisté à priver Alep, une ville de trois millions d’habitants, d’eau potable et de toute possibilité d’assainissement ! Nous aurions aimé que les États qui cherchent à envoyer l’État syrien devant la CPI avancent le moindre projet pour lutter contre le terrorisme dont souffrent les Syriens.

Deuxièmement : De juger les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les actes d’agression et d’annexion largement documentés, commis par les autorités d’occupation israéliennes dans les territoires arabes occupés, y compris le Golan, depuis bientôt sept décennies, avec le soutien de membres permanents du Conseil de sécurité ; soutien qui a permis aux criminels de guerre israéliens d’échapper à une juste condamnation et de continuer à bloquer toute initiative visant à les mettre en question.

Troisièmement : De mettre un terme à toutes les tentatives de contournement des lois internationales par toutes sortes d’immunités que se sont octroyées certaines grandes puissances dans le but d’échapper à tout questionnement, malgré leurs violations des Droits humains et malgré tous les crimes perpétrés, alors qu’ils sont membres de l’ONU, pour exécution de leur agenda colonial et de leurs ambitions hégémoniques. D’ailleurs, Abu Ghraib, Guantanamo, le bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade, les fleuves de sang en Libye, les prisons secrètes volantes, l’assassinat de civils innocents par des drones, les entreprises de mercenaires telles que Blackwater en Irak, etc,etc, ne sont-ils pas autant d’exemples frappants des doubles standards pratiqués pour échapper à une juste condamnation ?

Le comble de l’ironie est atteint lorsque ces mêmes États, qui se posent en législateurs en dehors de leurs frontières, imposent des sanctions à la Présidente du comité national de secours, en Syrie. Imaginez les préoccupations humanitaires de ces gens là ! Je renvoie cette sanction devant la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordinatrice des secours d’urgence de l’ONU, Mme Valérie Amos, qui connait fort bien notre compatriote dont le travail nous honore. Peut-être pourra-t-elle faire quelque chose.

Ce dernier procédé, est en lui-même suffisant pour miner la crédibilité des auteurs de ce projet de résolution, et témoigne de leurs intentions malfaisantes et de leurs motivations belliqueuses.

Et puisque nous parlons de la sanction dirigée contre la Présidente du comité national de secours, rappelons qu’ils avaient usé du même procédé scandaleux, il y a un an, contre le ministre en charge de l’électricité du pays, sauf qu’en ce qui le concerne nous ne pouvions recourir qu’au tribunal de Thomas Edison !

Monsieur le président, une fois de plus, la délégation de mon pays réaffirme à tous ceux qui prétendent se soucier de la Syrie et des Syriens, que la meilleure façon de les aider est claire et limpide. Elle consiste à déployer des efforts sérieux et sincères pour la lutte contre le terrorisme qui vise son État et son peuple, et à soutenir les efforts de ceux qui cherchent une solution politique conformément au processus de Genève. Lequel processus repose sur le dialogue entre les Syriens, eux-mêmes, pour aboutir au rejet de la violence et à la formation d’un gouvernement d’unité nationale, loin de toutes les tentatives d’ingérence étrangère de la part de ceux qui veulent imposer leur propre agenda ou leur tutelle. Ceux-là ne cherchent aucun bien, ni pour la Syrie, ni pour son peuple.

Alors que les Syriens qui ont décidé de se diriger vers les urnes pour élire un président, le font pour protéger leur pays du terrorisme, du chaos prétendument constructeur, et des tentatives visant le concept même de l’État souverain.

Pour finir, Monsieur le Président, l’actuel gouvernement de la France a sans doute mal compris la célèbre phrase de Jean-Paul Sartre disant « L’enfer c’est les autres », puisqu’il semble croire que l’enfer est toujours chez les autres, alors que le philosophe français a voulu aussi dire que l’enfer c’est peut-être toi ! C’est peut-être le regard que tu portes sur les autres ou la manière dont tu te comportes avec autrui…

Le gouvernement français devrait donc se regarder, il pourrait voir l’enfer en lui-même, non chez les autres !


Je vous remercie, monsieur le président.

Dr Bachar al-Jaafari

22/05/2014

Source : Vidéo You Tube / TV Syria

http://www.youtube.com/watch?v=DrDPq6bzctE

Transcription et traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca
http://www.mondialisation.ca/onu-reponse-de-la-syrie-au-projet-de-resolution-initie-par-la-france-et-solde-par-un-quatrieme-veto-sino-russe/5383820
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
murat_erpuyan
Admin
Admin


Inscrit le: 30 Jan 2006
Messages: 7777
Localisation: Nancy / France

MessagePosté le: 11 Juin 2014 18:11    Sujet du message: Répondre en citant

L'edito du Monde daté du 12/06 !



Citation:
LE " DJIHADISTAN ", NOUVEL ETAT ISLAMISTE AU PROCHE-ORIENT

Taillé à coups de raids meurtriers et d'attentats, un nouveau " pays " voit le jour dans le monde arabe : appelons-le le " Djihadistan ". Il s'installe à cheval sur la Syrie (dans le nord-est du pays) et sur l'Irak (dans l'Ouest et le Nord). C'est un événement d'une portée considérable, non seulement pour la région, mais aussi pour l'Europe.

Profitant de l'affaiblissement, voire de l'éclatement, de ces deux ex-Etats forts du Proche-Orient, le groupe djihadiste que dirige l'Irakien Abou Bakr Al-Baghdadi, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ne cesse d'agrandir son domaine. Jamais Al-Qaida, même en Afghanistan sous le règne des talibans, à la fin des années 1990, n'avait contrôlé pareil territoire.

L'EIIL supplante Al-Qaida en puissance de feu et en moyens financiers. Prônant officiellement la même pureté islamiste sunnite et la même violence extrême, il peut modifier durablement la carte de la région – amputant la Syrie et l'Irak d'une partie de leurs provinces pétrolières. L'Europe ne peut rester indifférente : l'EIIL séduit des centaines, peut-être des milliers, de jeunes musulmans européens, venus se battre dans ses rangs, essentiellement en Syrie.

Ces quatre derniers jours, les colonnes d'Al-Baghdadi (lire son portrait dans Le Monde du 30 mai) se sont emparées de Mossoul, la capitale du nord de l'Irak, au bord du Tigre, mettant la main sur toute la région de Ninive. Elles se sont installées à Fallouja, à moins d'une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, à Tikrit, à Samarra – bref, elles dominent la quasi-totalité du pays sunnite irakien.

En Syrie, l'EIIL a conquis toute une partie de l'est du pays, s'assurant une continuité territoriale avec son fief irakien. Ainsi, c'est un mini-Etat qui prend racine, levant l'impôt, rançonnant, pillant et vendant le pétrole en contrebande. Tel est le but d'Al-Baghdadi : recréer une base djihadiste, à l'instar de ce que fut l'Afghanistan pour Al-Qaida.

Le régime syrien, celui de Bachar Al-Assad, le laisse faire pour des raisons tactiques. Le régime irakien, dominé par la majorité chiite du pays, est incapable d'arrêter l'EIIL. A Bagdad, le gouvernement de Nouri Al-Maliki gouverne en pratiquant un sectarisme pro-chiite qui lui vaut l'hostilité de la minorité arabe sunnite irakienne.

Résultat ? Un extraordinaire chaos stratégique, où il est difficile de se retrouver. Parce que Bagdad les martyrise, les tribus sunnites irakiennes soutiennent l'EIIL. Parce qu'il est l'allié de Bachar Al-Assad – tous les deux sont des protégés de l'Iran –, Al-Maliki envoie les milices chiites irakiennes se battre en Syrie.

Les Etats-Unis sont des deux côtés. En Syrie, ils soutiennent – un peu – la rébellion contre le régime Al-Assad. Mais, en Irak, ils appuient – un peu – Al-Maliki contre l'EIIL… La Russie reste fidèle à son alliance avec l'Iran et la Syrie. L'Europe regarde ailleurs.

En 2003, au nom de la guerre contre le terrorisme, l'Amérique envahissait l'Irak. Onze ans plus tard, sur les décombres d'une folle invasion, le djihadisme triomphe en Irak ! Ultime désastre pour Washington. Tragédie sans fin pour les Irakiens et les Syriens. Menace à venir pour les Européens.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 11 Juin 2014 20:41    Sujet du message: La Turquie préparait une opération ‘sous faux drapeau’ pour Répondre en citant

Citation:

La Turquie préparait une opération ‘sous faux drapeau’ pour agresser la Syrie

Cet article a été publié en italien le 1er avril 2014.

Après avoir fermé la semaine dernière l’accès de ses propres concitoyens à la plateforme Twitter, la Turquie vient de faire la même chose avec YouTube. Le motif de cette seconde fermeture semble être la présence sur YouTube d’une conversation de haut niveau – entre le ministre des Affaires étrangères Davutoðlu, le vice-ministre Feridun Sinirlioglu, le chef des Services secrets Hakan Fidan, et le vice-chef des Forces armées turques, Yaþar Güler. Au cours de cette conversation, les différents interlocuteurs évoquent une possible opération « sous faux drapeau » (False-Flag) que la Turquie organiserait contre elle-même, afin de créer un incident international qui permettrait à l’OTAN d’intervenir en Syrie. [...]

Voici quelques extraits de la conversation :

Ahmet Davutoðlu (ministre des Affaires étrangères) : Le Premier ministre a déclaré que, dans la conjoncture actuelle, cette attaque [de la tombe de Suleiman Shah][1] doit être considérée comme une opportunité pour nous.

Hakan Fidan (chef des Services secrets) : Je vais envoyer quatre Syriens, si c’est ce qu’il faut. Je vais créer un casus belli en ordonnant une attaque de missiles contre la Turquie, nous pouvons également préparer une attaque sur la tombe de Suleiman Shah si nécessaire.

Yaþar Güler (chef d’État-major adjoint) : C’est un casus belli. Je veux dire, ce que nous allons faire, c’est créer un casus belli.



Le site indépendant MSNBC International a mis en ligne l’audio complet de la conversation, en publiant également la traduction en anglais, page après page. Voici d’autres extraits[2] :

Ahmet Davutoðlu : [...] Que doit faire notre ministère des Affaires étrangères exactement ? Je ne parle pas de la chose. Il y a d’autres choses que nous sommes censés faire. Si nous nous décidons sur ce sujet, nous devons informer les Nations Unies, le consulat du régime syrien à Istanbul, non ?

Feridun Sinirlioglu : Mais si nous décidons d’une opération, il faut créer un effet choquant. Je veux dire, si nous allons le faire. Je ne sais pas ce que nous allons faire, mais peu importe ce que nous décidons, je ne pense pas qu’il serait approprié d’aviser quiconque au préalable.

Ahmet Davutoðlu : D’accord, mais nous allons devoir en quelque sorte préparer. Pour éviter les courts-circuits en ce qui concerne le droit international. Je venais juste de réaliser quand je parlais au président [Abdullah Gül], si les chars turcs vont là-bas, cela signifie que nous sommes là-bas, dans tous les cas, non ?

Yaþar Güler : Cela signifie que nous y sommes, oui.

Ahmet Davutoðlu : Oui, mais il y a une différence entre y aller avec des avions et y aller avec des chars…

Yaþar Güler : Peut-être que nous pouvons dire au consulat général syrien que l’État Islamique en Irak et au Levant travaille actuellement aux côtés du régime, et que ce lieu est une terre turque. Nous devrions certainement …

Ahmet Davutoðlu : Mais nous avons déjà dit cela et adressé plusieurs notes diplomatiques.

[...]

Feridun Sinirlioglu : C’est ce que j’ai abordé. D’une part, la situation est différente. Une opération sur l’ÉIIL [3] a des bases solides en droit international. Nous allons le dépeindre comme étant Al-Qaïda, il n’y a pas d’inquiétude si c’est une question concernant Al-Qaida. Et s’il s’agit de défendre la tombe de Suleiman Shah, c’est une question de protection de notre terre.

Yaþar Güler : Nous n’avons pas de problèmes avec cela.

Hakan Fidan : Quand cela va arriver, cela va provoquer un grand émoi interne. La frontière n’est pas sous contrôle …

Feridun Sinirlioglu : Je veux dire, oui, des attentats vont se produire bien sûr. Mais je me souviens de notre conversation d’il y a 3 ans …

Yaþar Güler : M. Fidan devrait recevoir de toute urgence du soutien et nous devons l’aider à fournir des armes et des munitions aux rebelles. Nous devons parler avec le ministre. Notre ministre de l’Intérieur, notre ministre de la Défense. Nous avons besoin de parler à ce sujet et de parvenir à une résolution, monsieur.

Ahmet Davutoðlu : Comment étions-nous arrivés à mettre nos forces spéciales en action quand il y a eu une menace dans le nord de l’Irak ? Nous aurions dû faire pareil là-bas aussi. Nous aurions dû former ces gars et envoyer des hommes. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas le faire, nous ne pouvons faire uniquement ce que la diplomatie…

Feridun Sinirlioglu : Je vous l’ai dit à l’époque, pour l’amour de Dieu, en général, vous savez comment nous avons réussi à avoir ces tanks là-bas, vous y étiez.

Yaþar Güler : Quoi, vous voulez dire nos affaires ?

Feridun Sinirlioglu : Oui, comment pensez-vous que nous ayons réussi à envoyer nos chars en l’Irak ? Comment ? Comment avions-nous réussi à impliquer des forces spéciales et des troupes ? J’ai été impliqué dans cela. Permettez-moi d’être clair, il n’y avait pas de décision du gouvernement à ce sujet, nous avions réussi cela avec un seul ordre.

Yaþar Güler : Eh bien, je suis d’accord avec vous. Pour une chose, nous n’avons pas à discuter de cela. Mais il y a différentes choses que la Syrie peut faire dès maintenant.

Ahmet Davutoðlu : Général, la raison pour laquelle nous disons non à cette opération est parce que nous connaissons la capacité de ces hommes.

Yaþar Güler : Regardez, Monsieur, la MKE (Mechanical and Chemical Industry Corporation) n’est-elle pas aux ordres du ministre ? Monsieur, je veux dire, le Qatar est à la recherche de munitions pour les acheter en cash. En liquide. Alors, pourquoi ne le faisons-nous pas ? C’est sur ordre de Monsieur le Ministre…

Yaþar Güler : [...] Parce que, Monsieur, la nécessité principale c’est qu’il y ait des armes à feu et des munitions. Pas même des armes, principalement des munitions. Nous venons juste de parler à ce sujet, Monsieur. Disons que nous mettons en place une armée là-bas, d’un millier d’hommes. Si nous les engageons dans cette guerre sans leur fournir un minimum de 6 mois de munitions alors ils vont revenir nous voir au bout de deux mois.

[...]

Bien évidemment, la Turquie n’a jamais admis officiellement avoir planifié d’éventuels attentats contre elle-même, et encore moins d’avoir pensé envoyer des combattants armés en territoire syrien.

Alors qu’en Turquie s’amplifiait la polémique sur la fermeture de YouTube, le premier ministre Erdogan a laissé échapper une phrase particulièrement significative, pendant une réunion électorale : « [YouTube] a même rendu public une réunion relevant de la sécurité nationale – a-t-il déclaré. C’est une méthode sournoise et malhonnête. De qui faites-vous le jeu en enregistrant en secret des discussions d’une telle importance ? »

Naturellement, le problème d’Erdogan ne venait pas du fait que la Turquie ait été en train de programmer des attentats contre elle-même, dans le but de favoriser une intervention de l’OTAN en Syrie, mais que quelqu’un soit assez « sournois et malhonnête » pour porter ces discussions à la connaissance du public.

Exactement comme dans le cas du DataLeaks, où – d’après le gouvernement américain -, le problème n’était pas que la NSA ait été prise en train d’espionner le monde entier, mais que ce bon Edward Snowden se soit comporté comme un « sale traitre. »

En outre – et comme par hasard – ce même Erdogan avait déjà prévu une possible attaque contre la tombe de Suleiman voilà deux ans. « La Turquie fait savoir – disait ce communiqué de 2012 – qu’elle considèrera toute attaque contre la tombe de Suleimane, en Syrie, comme une attaque contre son propre territoire. »

Bienvenue dans le monde des devins, M. Erdogan.

Massimo Mazzucco

Article original en italien : Luogocomune.net, le 1er avril 2014

Traduction : ilfattoquotidiano.fr

Notes :

[1] La « Tombe de Suleimane » est un lieu sacré pour les Turques, qui se trouve dans une enclave protégée en territoire syrien. (Source Wikipedia)

[2] La traduction en français a été assurée par le Réseau Voltaire. MSNBC a mis en ligne une version anglaise ici : http://nsnbc.me/2014/03/27/turkey-blocks-youtube-after-leaked-war-plans-against-syria-full-transcript-and-video/

[3] EIIL : Émirat islamique en Irak & au Levant.
www.mondialisation.ca/la-turquie-preparait-une-operation-sous-f aux-drapeau-pour-agresser-la-syrie/5376499" data-title="La Turquie préparait une opération ‘sous faux drapeau’ pour agresser la Syrie">


Donc,voilà avec ce qui s'est passé aujourd'hui, le scenario a bien changé...Du moins ce qu'on peut en déduire...
La Turquie vient d'appeler l'OTAN en réunion..
En perspective ça sent une opération turque sous l'autorité américanotan...
pour l'instant..
C'est quand même le matèriel et l'armement de 2000 poids-lourds de Hakan Fidan qui se trouvent dans les mains de cette organisation qu'est ISID.. ça n'a jamais été de l'aide pour les turkmens de Syrie, ni de l'Iraq..


ISID en turc, EIIL en français...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 11 Juin 2014 22:32    Sujet du message: Irak: 48 otages aux mains des jihadistes au consulat turc de Répondre en citant

Citation:
Irak: 48 otages aux mains des jihadistes au consulat turc de Mossoul

Ankara - Les combattants jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIS) retiennent en otage 48 personnes au consulat de Turquie à Mossoul, dont le consul, des membres des forces spéciales et des enfants, a annoncé un responsable turc.

Tous les otages sont de nationalité turque, a précisé à l'AFP ce responsable.

© 2014 AFP

http://www.20minutes.fr/monde/irak/1398762-20140611-irak-jihadistes-enlevent-consul-turc-a-mossoul



je n'ouvre pas un nouveau sujet, la région devient imbriquée...avec le nouvel État djihadiste des terroristes.

Maintenant, dans ce scénario est-ce qu'Erdogan sera le nouvel héros !? C'est à voir.. Une opération à l'aube pour sauver les otages !?
On peut penser qu'une telle opération va lui apporter pas mal de voix aux élèctions présidentielles !

Davutoglu est dans l'avion qui le ramène en Turquie..comme par hasard il était aux états-unis !!! Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 11 Juin 2014 22:45    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Irak: au nord du pays, les jihadistes veulent créer un Etat islamique



Bagdad - Les jihadistes ont capturé la seconde ville d'Irak et d'autres secteurs du nord du pays, des avancées leur permettant de se rapprocher un peu plus de leur objectif: créer un Etat islamique dans la zone frontalière entre la Syrie et l'Irak, estiment des analystes.



Bagdad - Les jihadistes ont capturé la seconde ville d'Irak et d'autres secteurs du nord du pays, des avancées leur permettant de se rapprocher un peu plus de leur objectif: créer un Etat islamique dans la zone frontalière entre la Syrie et l'Irak, estiment des analystes.

L'offensive, revendiquée mercredi sur Twitter par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), est un coup dur porté au gouvernement irakien, témoignant de la faiblesse de ses forces de sécurité qui auront du mal à reprendre les territoires perdus.

Les insurgés ont pris d'assaut mardi Mossoul, s'emparant également de l'ensemble de la province de Ninive, où les forces de sécurité ont fui en abandonnant uniformes et véhicules. Dans leur progression, ils ont pris le contrôle de parties de deux autres provinces voisines, Kirkouk et Salaheddine.

«La perte de Ninive crée un corridor rebelle entre Anbar, Mossoul et la frontière syrienne, facilitant l'acheminement d'armes, de financements et de combattants sur les différents fronts», note John Drake, un analyste de sécurité du groupe AKE.

La province d'Anbar, au sud de Ninive et frontalière de la Syrie, est un autre territoire partiellement contrôlé par des combattants anti-gouvernementaux, alors que des jihadistes se sont emparés d'importantes zones dans l'est syrien.

«L'EIIL a toujours voulu contrôler un territoire et y créer un émirat islamique où il impose la charia, établit des camps d'entraînement et planifie des attaques pour poursuivre la bataille», ajoute M. Drake.

«La guerre civile en Syrie a donné aux insurgés la chance d'obtenir un tel territoire. Et leur succès est de nature à enhardir leurs partisans, qui voient qu'il est possible de réaliser leur objectif»: un Etat islamique, précise l'analyste.

- Un Etat islamique transfrontalier -

L'EIIL, le groupe le plus radical en Irak, est en effet également très actif en Syrie où il a lancé en avril une offensive dans la province de Deir Ezzor, frontalière de Ninive, pour y instaurer un Etat islamique.

En revendiquant la prise de Mossoul, l'EIIL a averti qu'il «n'arrêterait pas cette série d'invasions bénies».

«Les groupes armés cherchent à créer un Etat islamique», incluant Mossoul, les provinces de Salaheddine, Diyala et Anbar, outre celles de Deir Ezzor et de Raqqa en Syrie, indique Aziz Jabr, professeur de sciences politiques à l'université d'Al-Mustansiriyah à Bagdad.

Pour lui, «la chute d'une province comme celle de Ninive constitue une menace très sérieuse pour la sécurité nationale de l'Irak».

Michael Knights, un chercheur de l'Institute for Near East Policy de Washington, relève que les jihadistes cherchent à «disposer d'une zone libérée en Irak, à l'instar de Raqqa en Syrie».

«Mais la situation a changé maintenant avec des opérations plus ambitieuses pour conquérir plus de territoires: c'est une tactique risquée mais qui donne des résultats. La conquête de Mossoul pourrait augurer d'une nouvelle offensive de l'EIIL», prévient-il.

Notant que les récentes opérations de l'EIIL témoignent de la force du groupe, il a ajouté que ses derniers succès «étaient impensables il y a deux ans». «Mais désormais, ils sont capables de lancer de nombreuses opérations quasi-simultanées à travers l'Irak».

«L'EIIL a montré sa capacité à surmonter les obstacles pour s'emparer de Mossoul», a-t-il dit.

Les forces de sécurité n'ont pas réussi à reprendre Fallouja et une partie de la ville de Ramadi, chef-lieu d'Anbar, contrôlées depuis le début de l'année par les insurgés.

Or Mossoul est une plus grande cité, et sa reconquête ainsi que celle des autres secteurs pris par les jihadistes constitueront un grand défi pour les forces gouvernementales, en manque de formation et de discipline.

«C'est un coup dur pour le moral des forces de sécurité» après leur «effondrement catastrophique» de mardi, a estimé M. Knights.

«Bagdad va être désormais terrifiée à l'idée que cela peut arriver n'importe où», conclut-il.

© 2014 AFP

http://www.20minutes.fr/monde/irak/1398474-20140611-irak-jihadistes-patrouillent-a-mossoul-capturee-veille


On peut vraiment penser que les États-Unis ont apporté la démocratie à l'Iraq !! Smile La charia est actuellement le voisin frontalier de la Turquie grâce à l'AKP et son chef coprésident du grand projet du moyen-orient !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 21 Juil 2014 20:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L’État islamique, le « Projet Califat » et la « Guerre mondiale contre le terrorisme »
Par Prof Michel Chossudovsky Mondialisation.ca, 05 juillet 2014

La légende d’al-Qaeda et la menace d’un « Ennemi Extérieur » est entretenue par de nombreux médias et par la propagande gouvernementale.

Dans l’ère post-11 septembre 2001, la menace terroriste d’al-Qaeda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire des USA/OTAN. Elle justifie – sous un mandat humanitaire – la conduite « d’opérations anti-terroristes » à travers le monde.
Connues et documentées, des entités affiliées à al-Qaeda ont été utilisées par les USA/OTAN dans de nombreux conflits comme des « membres actifs du renseignement » depuis les grandes heures du conflit entre l’Afghanistan et l’Union Soviétique. En Syrie, les rebelles d’al Nusrah et d’ISIS sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l’entraînement de forces paramilitaires.

Tandis que le Département d’État US accuse plusieurs pays « d’héberger des terroristes », les États-Unis sont, au niveau mondial, le « Sponsor Étatique du Terrorisme » Numéro Un: l’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS, Islamic State of Iraq and al-Sham, ndlr) – qui sévit à la fois en Syrie et en Irak – est secrètement soutenu et financé par les USA et leurs alliés, dont la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar. De plus, le projet de califat sunnite de l’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham coïncide avec un vieil agenda US visant à découper l’Irak et la Syrie en territoires distincts: un Califat Islamique Sunnite, une République Arabe Chiite, une République du Kurdistan, entre autres.
La Guerre Mondiale contre le Terrorisme emmenée par les USA constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire états-unienne. « Faire la chasse aux terroristes » est un élément central de la guerre non-conventionnelle. L’objectif sous-jacent est de justifier la conduite d’opérations anti-terroristes à travers le monde, permettant aux USA et à leurs alliés de s’ingérer dans les affaires de nations souveraines.
Beaucoup d’auteurs progressistes dont des médias alternatifs, tout en concentrant leur attention sur les développements récents en Irak, ne parviennent pas à comprendre la logique derrière la « Guerre Mondiale contre le Terrorisme ». L’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS) est souvent pris pour une « entité indépendante » plutôt qu’un instrument de l’alliance militaire occidentale. Par ailleurs, beaucoup d’activistes pacifistes engagés – qui s’opposent aux éléments de l’agenda militaire de l’OTAN – approuveront néanmoins l’agenda anti-terroriste de Washington dirigé contre al-Qaeda. La menace terroriste mondiale est considérée comme « réelle »: « Nous sommes contre la guerre, mais nous soutenons la Guerre Mondiale contre le Terrorisme ».

Le projet Califat et le Rapport du Conseil National du Renseignement US

Un nouveau flot de propagande a été mis en mouvement. Le chef du désormais défunt État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS), Abu Bakr al-Baghdadi, a annoncé le 29 juin 2014 la création d’un État Islamique:
Les combattants fidèles au « Calife Ibrahim ibn Awwad » du groupe, ou Abu Bakr al-Baghdadi tel qu’il était connu jusqu’à l’annonce du dimanche 1 juillet, sont inspirés par le califat Rachidun, qui a succédé au Prophète Mahomet au septième siècle, et est vénéré par la plupart des Musulmans. » (Daily Telegraph, 30 juin 2014)
C’est d’une ironie cruelle, le projet califat en tant qu’instrument de propagande a été dans les tiroirs du renseignement US depuis plus de dix ans. En décembre 2004, sous l’administration Bush, le Conseil National du Renseignement (NIC, National Intelligence Council, ndlr) avait prédit que d’ici l’année 2020, un Nouveau Califat s’étendant de la Méditerranée Occidentale à l’Asie Centrale et à l’Asie du Sud-Est émergerait, menaçant la démocratie et les valeurs occidentales.
Les « découvertes » du NIC ont été publiées dans un rapport de 123 pages accessible au public intitulé « Tracer l’Avenir Mondial » (« Mapping the Global Future« , ndlr).
Un Nouveau Califat fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par des politiques radicales d’identité religieuse pourrait constituer un défi aux normes et aux valeurs occidentales comme fondation du système mondial. (emphase de l’auteur)
Le rapport du NIC de 2004 frise le ridicule; il est dénué de renseignements, tout comme d’analyse historique et géopolitique. Son récit inventé en rapport au califat, cependant, est doté d’une ressemblance troublante avec l’annonce de com’ hautement relayée de la création du Califat par le chef de l’ISIS, Abu Bakr al-Baghdadi.
Le rapport du NIC présente un soi-disant « scénario fictionnel d’une lettre écrite par un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020. » C’est sur cette base qu’il fait des prédictions pour l’année 2020. S’appuyant sur un récit de lettre d’un petit-fils de ben Laden inventé de toutes pièces plutôt que sur des renseignements et une analyse empirique, la communauté US du renseignement en conclut que le califat représente un réel danger pour le monde occidental et la civilisation occidentale.
D’un point de vue de propagande, l’objectif qui sous-tend le projet Califat – tel qu’il est décrit par le NIC – est de diaboliser les Musulmans en vue de justifier une croisade militaire:
Le scénario de fiction dépeint ci-dessous fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par un communautarisme religieux radical pourrait émerger.
Selon ce scénario, un nouveau Califat est proclamé et parvient à faire avancer un puissante contre-idéologie qui rencontre un intérêt répandu.
Il est mis en scène sous la forme d’une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020.
Il relate les luttes du Calife pour essayer d’arracher le contrôle aux régimes traditionnels et les conflits comme la confusion qui s’ensuivent à la fois au sein du monde musulman et à l’extérieur, entre les Musulmans et les États-Unis, l’Europe, la Russie et la Chine. Alors que la réussite du Calife à mobiliser un soutien varie, des lieux loin du cœur musulman au Moyen-Orient – en Afrique et en Asie – se convulsent à la suite de ses appels.
Le scénario se termine avant que le Calife ne réussisse à établir à la fois l’autorité spirituelle et temporelle sur un territoire – ce qui a été historiquement le cas pour les Califats précédents. À la fin du scénario, nous identifions les leçons à retenir. (« Mapping the Global Future », p.83) (emphase de l’auteur)


la page 90 du rapport

Ce rapport « d’autorité » du NIC « Mapping the Global Future » n’a pas seulement été présenté à la Maison Blanche, au Congrès et au Pentagone, il a aussi été envoyé aux alliés des USA. La « menace émanant du Monde Musulman » à laquelle se réfère le rapport du NIC (comprenant la section sur le projet de califat) est fermement installée dans la doctrine militaire des USA/OTAN.
L’intention était que le document du NIC soit lu par des responsables de haut rang. En gros, il faisait partie de la campagne de propagande « TOPOFF » (« Top Official », responsable de haut rang, ndlr) qui cible les hauts fonctionnaires qui prennent les décisions en politique étrangère et militaire, sans oublier des intellectuels, des chercheurs et des « activistes » d’ONG. Le but est de s’assurer que les « responsables de haut rang » continuent de croire que des terroristes islamistes menacent la sécurité du monde occidental.
La base théorique du scénario du califat est le « Choc des Civilisations », qui fournit une justification, aux yeux de l’opinion publique, à ce que les USA interviennent à travers le monde dans le cadre d’un agenda mondial anti-terroriste.
D’un point de vue géopolitique et géographique, le califat s’étend sur une vaste région dans laquelle les USA cherchent à accroître leur influence économique et stratégique. Selon les termes de Dick Cheney en relation au rapport du NIC de 2004:
Ils parlent de vouloir rétablir ce que vous pourriez appeler le Califat du septième siècle. C’est le monde tel qu’il était organisé il y a 1200, 1300 ans en fait, quand l’Islam ou des gens islamiques contrôlaient tout depuis le Portugal et l’Espagne à l’Ouest; à travers la Méditerranée vers l’Afrique du Nord; toute l’Afrique du Nord; le Moyen-Orient; en remontant dans les Balkans; les Républiques d’Asie Centrale; l’extrémité sud de la Russie; une bonne partie de l’Inde; et jusqu’à ce qui est l’Indonésie aujourd’hui. En un sens de Bali et Djakarta à un bout, à Madrid à l’autre. – Dick Cheney (emphase de l’auteur)
Ce que décrit Cheney dans le contexte d’aujourd’hui, c’est une vaste région s’étendant de la Méditerranée à l’Asie Centrale et à l’Asie du Sud-Est dans laquelle les USA et leurs alliés sont directement impliqués dans diverses opérations militaires et d’espionnage.
Le but avoué du rapport du NIC était « de préparer la prochaine administration Bush aux défis qui vont l’attendre en faisant des projections à partir de tendances actuelles pouvant poser une menace aux intérêts US ».
Le document de renseignement du NIC était basé, ne l’oublions pas, sur « une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre [fictionnel] de la famille en 2020. » « Les leçons à retenir » telles qu’elles sont ébauchées par ce document « d’autorité » de renseignements du NIC sont les suivantes: (emphase de l’auteur)
• le projet de califat « constitue un défi sérieux à l’ordre international ».
• « La révolution des technologies de l’information va probablement amplifier le choc entre le monde occidental et le monde musulman… »
Le document se réfère à l’appel aux Musulmans lancé par le Califat et conclut que :
la proclamation du Califat n’amoindrirait pas les risques du terrorisme et la provocation de nouveaux conflits [sic] (emphase de l’auteur)


« Leçons à retenir »
L’analyse du NIC suggère que la proclamation d’un califat génèrera une nouvelle vague de terrorisme issue de pays musulmans, justifiant ainsi une escalade dans la Guerre Mondiale contre le Terrorisme de la part des USA:
la proclamation du califat … pourrait alimenter une nouvelle génération de terroristes résolus à l’attaque contre ceux qui s’opposent au califat, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du monde musulman. (emphase de l’auteur)
Ce qu’omet de mentionner le rapport, c’est que les renseignements US, en liaison avec le MI-6 britannique et le Mossad israélien, sont secrètement impliqués dans le soutien à la fois aux terroristes et au projet califat.
À leur tour, les médias se sont embarqués dans une nouvelle vague de mensonges et d’inventions, se focalisant sur « une nouvelle menace terroriste » émanant non seulement du monde musulman, mais de « terroristes islamistes domestiques » en Europe et en Amérique du Nord.
Michel Chossudovsky
Article original en anglais :
O Estado Islâmico, o “Projeto do Califado” e a “Guerra Global ao Terrorismo, publié le 4 juillet 2014.
Traduction : reseauinternational.net
http://www.mondialisation.ca/letat-islamique-le-projet-califat-et-la-guerre-mondiale-contre-le-terrorisme/5390077



On peut lire au journal 'Cumhuriyet' d'aujourdhui que la Turquie -plutôt le gouvernement actuel d'AKP, et les services secrets turcs- participent et soutient l'armement de l’organisation djihadiste ISID (ce qui donne plus de sens à l'article ci-dessus) - On voit à l'image l'un des poids lourd arrêté par les gendarmes turcs. A la suite de cette opération comme à l'habitude les procureurs, les policiers et les gendarmes qui ont arrêté le camion transportant des armes vers la Syrie, ont été muté, puis chacun a eu un procès d'espionnage sous le bras !! :

Citation:

...
CHP Genel Başkan Yardımcısı Bülent Tezcan, Adana'da durdurulan 3 tıra ilişkin tutanakları açıklayarak, "Birinci tırda birinci sandığı açmışlar 25-30 adet füze ve roket. 15 sandıkta yaklaşık 300'e yakın 450'ye yakın bomba atar mühimmat. İkinci sandıkta 20-25 adet füze roket" dedi.

...

"EL KAİDE VE IŞİD'E SİLAH VE MÜHHİMAT GÖTÜRÜLDÜĞÜ ARTIK BELGELERİYLE ORTAYA ÇIKTI"

Tezcan, şöyle devam etti:

"Adana'da durdurulan tırlarla ilgili bu tırlarla Suriye'de El Kaide terör örgütüne ve IŞİD'e silahlı terör örgütüne yasa dışı silahlı örgütüne silah ve mühhimat götürüldüğü artık belgeleriyle ortaya çıktı."

...

"TERÖR ÖRGÜTLERİNE TÜRKİYE'DEN TÜRK İSTİHBARAT BİRİMLERİNİN DESTEĞİ ALTINDA SİLAH VE MÜHİMMAT TAŞINMIŞTIR"

Sistemli bir şekilde MİT'in ve iktidarın kontrolünde bölge silah sevkiyatı yapıldığını iddia eden Tezcan, "Resmi belgelerle El Kaide terör örgütüne bölgede silahlı terör örgütlerine Türkiye'den Türk istihbarat birimlerinin desteği altında silah ve mühimmat taşınmıştır" diye konuştu.

Tezcan, "4 tane göndereceğiniz elemanın Türkiye'ye fırlatacakları füzeleri peşin peşin bu tırlarla mı taşıdınız? Reyhanlı saldırısında kullanılan mühimmatları bu tırlarla mı taşıdınız?" diye sordu.

...

http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/turkiye/97017/CHP_tutanaklari_acikladi__O_tirlardan_onlarca_fuze_cikti.html



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 21 Juil 2014 21:06    Sujet du message: Répondre en citant

Après les déclarations à propos du rapport (vraisemblablement selon le procès-verbal toujours pas disparu!) sur les camions arrêtés à destination de Syrie du député de CHP Bülent Tezcan, un avocat Efgan Bolaç, twette que "ce qui se passe relève du crime contre l'humanité"

Citation:

Ýþte çarpýcý tutanaðýn anlamý: Ýnsanlýða karþý suç...
CHP'li Bülent Tezcan'ýn Adana'da Suriye yolundayken durdurulan týrlara iliþkin açýkladýðý rapor hakkýnda açýklamalarda bulunan Avukat Efkan Bolaç, "Bu insanlýða karþý suç kategorisine girer" dedi.


CHP Genel Baþkan Yardýmcýsý Bülent Tezcan, Türkiye'nin gündemini sarsacak tutanaklarý açýkladý. Meclis'te bir basýn toplantýsý düzenleyen Tezcan, Adana'da Suriye yolundayken durdurulan üç týra iliþkin tutanaklarý açýklayarak, "Birinci týrda birinci sandýðý açmýþlar 25-30 adet füze ve roket. 15 sandýkta yaklaþýk 300'e yakýn 450'ye yakýn bomba atar mühimmat. Ýkinci sandýkta 20-25 adet füze roket" dedi.
ÝÞTE TÜRKÝYE'NÝN GÜNDEMÝNE OTURACAK O TUTANAK:
ONLARCA FÜZE VE ROKET...
Bolaç'ýn tweetleri þöyle:

- Mit'in týrýnda bulunan þeyler eðer gerçekse bu insanlýða karþý suç kategorisine girer. Suriye halkýnýn kanýnda hükümetin parmaðý var mý?

- Mit týrlarýnda bulunanlar ceza kanunun 304. Maddesi savaþa tahrik ve 306. Maddesinde belirtilen asker toplama suçlarýný oluþturur...
- Devletin güvenliðine karþý olan örgütlerin desteklenmesi de savaþa tahrik kapsamýndadýr. Bu suç yüce divanlýktýr...


http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/turkiye/97041/iste_carpici_tutanagin_anlami__insanliga_karsi_suc....html


Pour rappel Smile :

Citation:
Hakan Fidan (chef des Services secrets turcs) : Je vais envoyer quatre Syriens, si c’est ce qu’il faut. Je vais créer un casus belli en ordonnant une attaque de missiles contre la Turquie, nous pouvons également préparer une attaque sur la tombe de Suleiman Shah si nécessaire.

Hakan Fidan (chef des Services secrets turcs) : J'ai déjà envoyé plus de 2000 camions .....
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 21 Juil 2014 22:38    Sujet du message: La fin d'Erdogan Répondre en citant

Si le candidat à la présidence de la République Turque, le premier ministre actuel, Tayyip Erdogan ne se rend vraiment pas compte qu’en collaborant aux desseins des états-uniens, en se déclarant co-président du grand projet du Moyen-Orient, il ne sera pas convoqué un jour devant la justice nationale ou internationale, c’est qu’il est énormément naïf. Pure création néocons comme un seconde Saddam, ni lui, ni sa famille ne seront épargnés par ces mêmes états-uniens. Sous sa présidence immédiate, il court vers cette situation citée ci-dessous :
Citation:

Irak : Terrorisme « made in USA » et chaos constructif au Moyen-Orient


Maintenant, on nous dit qu’ISIS a réussi à mettre la main sur des armes sophistiquées fabriquées aux États-Unis. Ne vous méprenez pas. Ces armes ne sont pas arrivées là par hasard. Les États-Unis savaient exactement ce qu’ils faisaient quand ils ont armé et financé l’« opposition » en Libye et en Syrie. Ce qu’ils ont fait n’était pas stupide. Ils savaient ce qui allait se passer et c’est ce qu’ils souhaitaient. Certains médias progressistes parlent « contrecoup », lorsque des « agents » des services de renseignement se retournent contre ceux qui les ont appuyés. Oubliez le contrecoup. S’il s’agit d’un contrecoup, celui-ci était très soigneusement planifié.
La politique étrangère étasunienne : ratée, stupide ou diabolique?
Certains diront que la politique étrangère étasunienne au Moyen-Orient est un « échec », que les responsables politiques sont « stupides ». Ce n’est pas un échec et ils ne sont pas stupides. C’est ce qu’ils veulent que vous pensiez, car ils pensent que vous êtes stupides.
Ce qui se passe aujourd’hui était prévu depuis longtemps. En réalité, la politique étrangère étasunienne au Moyen-Orient est diabolique, brutalement répressive, criminelles et antidémocratique. Et le seul moyen de sortir de ce bourbier sanglant est de « s’en remettre à la loi »:
« Il n’y a qu’un seul antidote à la “guerre civile” qui divise l’Irak aujourd’hui : s’en remettre à la loi et convoquer les responsables devant la justice. La guerre lancée par les chefs de gouvernement en 2003 contre le peuple irakien n’était pas une erreur, mais bien un crime et ces dirigeants devraient être tenus responsables de leurs décisions en vertu de la loi. »
(Inder Comar. Iraq: The US Sponsored Sectarian “Civil War” is a “War of Aggression”, The “Supreme International Crime”, , le 18 juin 2014 )
Julie Lévesque, journaliste
http://www.mondialisation.ca/irak-terrorisme-made-in-usa-et-chaos-constructif-au-moyen-orient/5388919


Dormez du sommeil du juste ! Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 06 Aoû 2014 4:31    Sujet du message: En Irak, les Yézidis, sont menacés de génocide Répondre en citant

Au nord de l’Irak, au Kurdistan irakien, entre les pesmergas kurdes et les djihadistes de l’état islamiste, les communautés de yézidis et les turkmènes sont face à un génocide.
La France qui aime tant écrire des histoires à ces propos, où est-elle ?
Est-ce que vous entendez, ou vous lisez une seule information dans les médias français venant d’Irak ou de Syrie ces jours-ci ?

Citation:

En Irak, les Yézidis, appelés à tort « adorateurs du Diable », sont menacés de génocide

Par Gilles Munier
Mondialisation.ca, 05 août 2014
france-irak-actualite.com
Région : Moyen-Orient et Afrique du Nord
Thème: Crimes contre l'humanité
Analyses: IRAK





Les djihadistes de l’Etat Islamique (EI) se sont emparés de la ville de Sinjar – entre Mossoul et la frontière syrienne - et de villages proches du barrage Saddam (1), au nord-ouest de la région de Ninive. Les peshmerga qui en assuraient la protection, sans cacher qu’ils envisageaient de les annexer dans la Région autonome du Kurdistan, s’apprêteraient à contre-attaquer. En attendant, la population a fui vers les montagnes kurdes ou est prise au piège entre les lignes des belligérants. On compte des centaines de civils tués et de blessés, voire plus. Et, ce n’est qu’un début.

La principale particularité de cette partie de l’Irak – outre son caractère éminemment stratégique – c’est d’être majoritairement peuplée de Yézidis, adeptes d’une des plus vieilles religions au monde, mais qui ne font pas partie des gens du Livre -chrétiens, juifs et éventuellement mandéens et zoroastriens – sont donc à convertir expressément à la religion musulmane ou être exterminés. Pour eux, considérés à tort comme des « adorateurs du Diable », pas de statut de dhimmi, moyennant le versement de la djzîa, impôt réservé aux non-musulmans –rétabli par les djihadistes de Daash en Irak et en Syrie - assurant leur protection. L’actuel calife Ibrahim, dit Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’Etat Islamique est, lui, un adepte des méthodes expéditives, ce qui ne présage rien de bon les concernant.

Je me suis rendu en pays yézidi à plusieurs reprises avant l’invasion américaine de 2003, et même vécu parmi eux : je peux témoigner que ce qui leur est reproché est de la pure diffamation.

Qu’est-ce que le Yézidisme (2) ?

La religion yézidie serait une survivance du mazdéisme originel dont les adeptes refusaient la réforme entreprise par Zoroastre. Le yézidisme serait donc une branche des « majous » reconnus comme « peuple de l’Ecriture » par le calife Omar. De ce fait, il devrait jouir de la protection réservée aux religions citées dans le Coran.

Le mot Yézidi dériverait du persan Yezd qui veut dire dieu. Les lettres YZD en écriture cunéiforme, trouvées sur une tablette mésopotamienne, confirment l’existence ancienne de leur croyance.

L’accusation d’être des « adorateurs du Diable », portée contre eux par les musulmans et les chrétiens d’Orient qui cherchent toujours à les convertir ou à s’emparer de leurs terres, est à l’origine des persécutions et des massacres dont ils sont victimes depuis des siècles, notamment sous l’Empire Ottoman. Les Yézidis se considèrent comme les « vrais Kurdes », faisant remarquer que ceux d’aujourd’hui sont issus pour une part de Yézidis convertis à l’islam et de Mèdes ayant envahi la région dans les temps anciens.

Au plan religieux, les Yézidis se présentent comme descendants directs d’Adam. Le premier homme, disent-ils, a mélangé son sperme à de l’argile pour leur donner naissance. Ils croient en un Dieu unique qui a pardonné au bout de 7000 ans à Iblis – le « Diable », dans le Coran - son refus de se prosterner devant Adam et l’aurait alors réintégré à la place qui était la sienne à la tête des Djinns, les Anges.

Le Yézidisme ancien a évolué sous l’influence des enseignements du cheikh Adi Ibn Musafir Al-Dimashqi, un élève du grand Cheikh soufi Abdelkader Al-Guilani (11/12ème siècle).

Cheikh Adi qui descendait, dit-on, du calife omeyyade Yazid - exécré par les chiites pour avoir fait tuer Hussein, petit-fils du Prophète - est enterré dans la vallée de Lalesh au dans le Région autonome du Kurdistan irakien, à une trentaine de kilomètres au nord de Mossoul. Son tombeau est devenu le principal lieu-saint yézidi.

Les Yézidis sont divisés en castes et ne font pas de prosélytisme. La polygamie est autorisée mais peu pratiquée. Ils ne mangent ni porc ni gazelle, mais peuvent boire de l’alcool. Ils reconnaissent Muhammad comme Prophète et Jésus comme Ange. Ils ont deux livres sacrés : le Kitab al-Jalweh – le Livre de la Révélation - dont l’auteur serait le soufi Hassan al Basri, et le Mushaf Resh - le Livre Noir - qui raconte la création du monde. Ils prient matin et soir en direction du soleil, croient à la métempsychose, à la transmigration des âmes, et immolent un taureau - sans doute une résurgence du culte de Mithra - lors de leur principale fête religieuse.

Appel à l’aide du prince Tahseen, chef spirituel des Yézidis

Le sort des chrétiens d’Orient – moins de 300 000 en Irak – préoccupe plus ou moins l’opinion publique occidentale, celui des Turkmènes – 3 millions – rencontre une certaine audience en Turquie et en Iran(quand ils sont chiites), mais celui des Yézidis – environ 600 000 et véritablement en danger de mort - n’intéresse pas grand monde. Ils n’ont aucun pays sur lequel s’appuyer, aucun groupe de pression pour défendre leur cause et leur existence.

Le 3 août dernier, le prince Tahseen Saïd - chef spirituel des Yézidis en Irak et dans le monde - a lancé un appel aux dirigeants irakiens, arabes, des Etats-Unis et de l’Union européenne, pour qu’ils assument leurs responsabilités humanitaires à l’égard de son peuple, actuellement massacré et persécuté à Sinjar et au nord-est de la région de Ninive (3). Sera-t-il entendu ? Ce serait un miracle…

Photo: Le paon (Malek Taous), symbole sacré des Yézidis

(1) Guerre et l’eau en Irak : La menace d’un nouveau déluge

(2) Large extrait de Les Yézidis dans la tourmente, (AFI-Flash, bulletin des Amitiés franco-irakiennes – 25/9/07) et du « Guide de l’Irak », par Gilles Munier (Jean Picollec Editeur, 2000)

(3) Leader of Iraq’s Yazidis Issues Distress Call, Appeals for Help Against ISIS


http://www.mondialisation.ca/en-irak-les-yezidis-appeles-a-tort-adorateurs-du-diable-sont-menaces-de-genocide/5394889


Citation:
‘Türkmenlere kucak açýn’
Türkmeneli Partisi Yönetim Kurulu üyesi Erbil, uluslararasý camianýn tutumundan yakýnýrken Türkiye’ye çaðrý yaptý.

Mahmut Oral/Cumhuriyet
Yayýnlanma tarihi: 05 Aðustos 2014 Sali



IÞÝD saldýrýlarýnýn en çok etkilediði toplum katmanlarýndan biri de Irak’ta yaþayan Türkmenler. Onlarýn durumlarýný öðrenmek için Irak Türkmen Cephesi’nin Erbil bürosunda konuþtuðumuz Türkmeneli Partisi Yönetim Kurulu üyesi Salar Erbil, yaþanan insanlýk dramý karþýsýnda uluslararasý camianýn tutumundan yakýndý. 1990’lý yýllarý hatýrlatarak, Saddam zulmü karþýsýnda derhal oluþturulan güvenli bölgeyi hatýrlatan Erbil, “Evet IÞÝD zulmünden kaçan Ezidiler de Mesihiler de (Hýristiyanlar) bizim kardeþlerimiz ve baþlarýna kötü bir þey gelmesini istemeyiz. Ama 10 Haziran’da Telafer’den, Musul’dan kaçan yaklaþýk 600 bin Türkmen için Birleþmiþ Milletler neden harekete geçmedi ve bir karar almadý.



Çöl sýcaðý

Kaçmak zorunda kalan Türkmenler Erbil çevresindeki kamplarda son derece saðlýksýz ve gayri insani koþullarda yaþýyorlar. Ama bu insanlara resmi kanallardan gönderilen bir yardým yok. Normal koþullarda zor durumda olan insanlarýn iki veya bilemediniz üç gün kalmasý için planlanan bu tür kamplarda insanlar neredeyse 2 aydýr yaþamak zorunda kalýyor. Çöl sýcaðýnda bebekler, çocuklar, kadýnlar, yaþlýlar vehastalar barýnmak zorunda kalýyor. Bunun ölümcül sonuçlarý oluyor.

Her gün ishalden, aþýrý sýcaktan, yüksek ateþten ve daha birçok olumsuz saðlýk sorunlarýndan kaynaklanan ölüm haberleri alýyoruz. Normal, saðlýklý bir insanýn bile dayanamayacaðý koþullarda bebekler, yaþlýlar yaþamak zorunda býrakýlýyor” dedi

‘Türkmenler içeri sokulmuyor’

Hazirandan sonra geliþen göç dalgasýnda Kürt yetkililerin de ayrýmcý bir tutum izlediðini iddia eden Erbil, “Türkmenlerle birlikte, Araplar da, Mesihiler de kaçýp, Erbil’e sýðýnmak istediler.

Ama diðerleri sorgusuz sualsiz, arama yapýlmaksýzýn ve kendilerine kefil olmasý istenen birinin olmasý þartý aranmaksýzýn Erbil’e girebildiler, ama
Türkmenler içeri sokulmuyor. Kamplarda yaþamaya zorlanýyor” diye konuþtu.

Türkiye’nin de yaþananlar karþýsýnda dengeleri gözeten bir politika izlediðini kaydeden Erbil, “Türkiye denge saðlamak için kritik bir noktada. Ýnsani yardým saðlýyor ama güvenli bölge saðlamak için yeterince baský kurmuyor. Bazý Türkmenler ‘Neden Türkiye kapýlarý bizim için açmýyor’ diye soruyor. Ama biz göçe karþýyýz. Nasýl ki insanlarýn Necef ve Kerbela gibi kamplara zorla götürülmesini istemiyorsak Türkiye’ye de bir göç olsun istemiyoruz. Yine de kapýlarý güvenlik saðlanana kadar Türkmenlere açarlarsa seviniriz” dedi.

Sincar Daðý’nda insanlýk dramý

Kürt Parlamentosu’nun parlamenterlerinden ve ayný zamanda Irak Türkmen Cephesi’nin Kürdistan sorumlusu da olan milletvekili Aydýn Maruf’a ulaþýyoruz. Maruf, Türkiye’den gelen AFAD heyetinin göç ettirilen Türkmenler için yardým getirdiðini belirterek, birlikte kampa gideceðimizi söylüyor. Ancak öncesinde kendilerine ulaþan bilgileri bizimle paylaþýyor. “Sincar Daðý’ndan gerçekten þu anda insanlýk dýþý bir durum yaþanýyor. Orada binlerce insan var. Onun içinde Kürtler de Ezidiler de Türkmenler de var. Oraya ulaþmak için tek bir yol var. Orada peþmergeler ve Kürt Ezidiler bir arada çatýþýyorlar. IÞÝD o yolu zorlayýp katliam için daða çýkmak istiyor ama peþmerge ve silahlý Türkmenler ile Ezidiler korumaya çalýþýyor. Orada yaþananlara benzer Tozhurmatu kentine baðlý Amirli kasabasýnda da durum çok kötü. Yaklaþýk 40 gündür o kasaba IÞÝD tarafýndan kuþatýlmýþ durumda ve 10 bin kadar Türkmen orada mahzur. Türkiye ve Avrupa burayla ilgilenmiyor. Sincar’dan önce Amirli’ye dikkat çekmek lazýmdý. ” dedi. PYD’nin Irak’ta yaþanan bu geliþmelere müdahil olmasýný istemediklerini kaydeden Maruf, haziran ayýndan bu yana olumsuz koþullar nedeniyle en az 2 bin kiþinin kamplarda
ya da yollarda öldüðüne dair bir bilgiyi de aktardý.

Peþmerge, YPG ve Ezidiler ortak çarpýþýyor

PKK’nin Suriye’deki kolu PYD’nin silahlý kanadý YPG ve Ezidilerden oluþan Þengal (Sincar) Direniþ Birlikleri’nin, Ezidi ve Türkmenlerin yaþadýðý Sincar ile çevresindeki 40 kadar köye saldýran IÞÝD’i püskürttüðü belirtildi. Þengal Direniþ Birlikleri Komutaný Kasým Þeþo, Kürt güçleri ile birlikte hareket ettiklerini ve Sincar’a girdiklerini söyledi. IÞÝD üyelerinin askeri araçlarýný ve cenazeleri arkalarýnda býrakarak geri çekildiklerini kaydeden Þeþo “Þu anda öldürülen onlarca IÞÝD üyesinin cenazeleri birliklerimizin denetiminde bulunuyor” dedi. Kuþatmadan çýkamayarak ilçe merkezinde sokak aralarý ve evlerde gizlenen IÞÝD üyelerini aramaya baþladýklarýný ve karþýlaþýlan gruplarla çatýþýldýðýný belirten Þeþo “Þengal’i tamamen temizleyene kadar operasyonumuz bitmeyecektir” diye konuþtu. Bu arada Bölgesel Kürt Yönetimi Baþkaný Mesud Barzani, savaþmadan çekilen ve Sincar’ýn IÞÝD’in eline geçmesine neden olan bazý peþmerge komutanlarýný cezalandýrma kararý aldý. Barzani’nin Sipilk, Helgurd, Duhok peþmerge komutanlarý ve Zerevani Kuvvetleri’nin bazý komutanlarý hakkýnda soruþturma baþlattýðý ifade edildi. Öte yandan PKK’nin askeri kanat sorumlusu Murat Karayýlan’ýn önceki akþam Sterk TV’ye yaptýðý “Bu gece Þengal’e müdahale edeceðiz” açýklamasýnýn hemen ardýndan ev baskýnlarý yapýldýðý belirtildi.

Çocuklar ölüyor, dünya sessiz

Yan yana kurulmuþ yüzlerce çadýr... Çöl iklimini andýran tozlu bir araziye yayýlmýþ... Termometreler 50 derecenin üstünde... Etraftadönen rüzgâr, tozu dumana katarak bir süre etkisini gösteriyor. Sýcakla birleþtiðinde nefes almak neredeyse imkânsýz hale geliyor. Burasý IÞÝD’den kaçan çoðunluðunu Türkmenlerin oluþturduðu Erbil yakýnýndaki Gazil kampý... Canlarýný kurtarmýþ olsalar da yaþama nasýl tutunacaklarýný bilmiyorlar. Musullu Türkmen olan Kahtan AdnanAbdullah ve ailesi mesela... Henüz birkaç günlük olan bebeði ile 22 kiþinin tek bir çadýrda yaþamak zorunda kalmasýndan yakýnýyor. Ýçine düþtüðü durumun sorumlusu kendisi olmasa da utancýndan tülbentiyle yüzünü gizlemeye çalýþan kadýnlar, kampa gelen Türkiye’nin Erbil Konsolosu Mehmet Akif Ýnam ve milletvekili Aydýn Maruf ile Barzani Vakfý temsilcilerinin yardým edeceklerine ve bu kötü durumun yakýnda biteceðine dair sözlerini umutla dinliyorlar. Kahtan Adnan Abdullah, aslýnda iki gün öncesine kadar bu kampta sadece 8 kiþilik bir aile olduklarýný ancak IÞÝD’in Sincar ve çevresindeki 40 köye saldýrmasýyla yörede bulunan diðer akrabalarýnýn da kaçýp bu kampta toplandýklarýný anlatýyor...

Beni de Türkiye’ye götür Biraz sonra protokol çadýrdan çýktýðýnda, bu kez ailenin gençleri çevremize toplanýyor. Süleyman ismindeki genç, ne kadar iyi bir inþaat iþçisi olduðunu ve üstüne üstlük pasaportunun da bulunduðunu anlattýktan sonra, “Beni de Türkiye’ye götür. Her iþi yapabilirim. Çok iyi bir inþaat iþçisiyim, zaten IÞÝD gelmeden önce de inþaatta çalýþýyordum. Ama onlar gelince annemleri de alarak dayýmlarýn bulunduðu bu kampa kaçmak zorunda kaldýk” diyor. Konsolos ve beraberindekiler yan yana dizilmiþ çadýrlarýn arasýnda gezindikçe, kamp ahalisi de bu olaðanüstü hareketliliðin farkýna vardý. Önce yöresel entarileriyle esmer yüzlü erkekler çadýrlardan çýkýp, topluluða yaklaþtý. Derken utangaç kadýnlar, çadýrýn yýrtmacýný aralayýp, olan biteni anlamak için peçelerinin ardýndan gözetlemeye baþladý. Ýçine girmek ve konuþmak istediðimiz hemen her çadýrdan bir itiraz sesi duyduk. Bu þekilde görülmek ve gösterilmek istemiyorlardý.Bir süre sonra ýssýz çadýr aralarýndan oyuncaðý olmayan çocuklarýn oyun sesleri yükseldi. Yanlarýna yaklaþtýðýmýzda çadýrlarýn arasýndan akýp giden kirli suyla oynadýklarýný gördük. Derken alýþýk olmadýðýmýz bir þekilde kamp içinden bir kadýn sesi yükseldiðini görünce ne anlatmak istediðini sorduk. Sadece “Bütün dünya bunu görsün” diyordu.

http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/dunya/102203/_Turkmenlere_kucak_acin_.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 06 Aoû 2014 4:49    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
LETTRE DE SYRIE : Nous vivons ici … Président Hollande !


Par Wissam Abdallah
Mondialisation.ca, 05 août 2014
7jara.wordpress.com
Région : Moyen-Orient et Afrique du Nord
Thème: Guerre USA OTAN
Analyses: SYRIE



À l’attention du président de la République française, M. François Hollande

Je vous écris de Damas, à côté de la rue Droite que Saint Paul a empruntée pour se rendre en Europe, afin de diffuser le message de Jésus-Christ. Je vous écris à 50 kilomètres de Maaloula, là où se trouve ma maison, pillée par les terroristes qui ont dévasté le village qui parle la langue du Christ depuis plus de 2000 ans.

Monsieur le Président,

Saviez-vous que le lieu de naissance de Jésus est Bethléem? Saviez-vous que l’endroit de sa crucifixion et de sa résurrection est Jérusalem? Saviez-vous que tous les endroits où le Christ a vécu sont en Palestine? Saviez-vous que nous ne pouvons y accéder à cause de l’occupation israélienne? Le peuple palestinien est aujourd’hui crucifié à cause de votre silence qui rappelle celui de Ponce Pilate, se lavant les mains du sang de Jésus-Christ.

Monsieur le Président,

Vous invitez les Chrétiens d’Iraq à se rendre chez vous! Permettez-moi donc de vous informer que Mosul est l’une des quatre premières villes au monde où le christianisme a été propagé, avant même Paris. Elle a une population aussi ancienne que les Assyriens, avant même que l’Occident ne connaisse l’existence du mot « civilisation ».

Vous voulez vider l’Orient de ses Chrétiens non pas dans leur intérêt, mais dans l’intérêt d’Israël, pour qu’elle établisse son état juif et qu’elle ne soit plus entourée que par de petits états religieux qui en légitimeraient alors l’existence. Si vous craignez pour nous, pourquoi donc ne combattez-vous pas les groupes terroristes djihadistes?

Ne craignez pas pour nous, nous sommes forts malgré toutes les catastrophes qui nous arrivent par votre faute. Nous resterons sur nos terres, dans notre communauté du Levant. Nous craignons plutôt pour vous, car c’est vers vous que les terroristes djihadistes reviendront, vers la société française. Dites-nous alors comment vous les accueillerez, avec les valeurs de la Révolution française?

Enfin, j’ignore si ces mots vous seront transmis, ou comment ils se propageront, mais il nous suffit que, dans ce Levant, nous y restions, travaillions, pensions et luttions contre tous ceux qui veulent voler le futur de nos enfants. Nos problèmes et calamités, nous les connaissons bien et nous les surmonterons avec le temps. Quant à vous et aux autres pays de décision d’Occident et d’Orient, les larmes et le sang de notre peuple hanteront à jamais votre histoire, votre futur et votre conscience, si seulement vous en avez toujours une.

Wissam Abdallah

journaliste

Damas , Syrie

1er août 2014

http://www.mondialisation.ca/lettre-de-syrie-nous-vivons-ici-president-hollande/5394858


ça va !?
Tout le monde est content, tout le monde est en vacances!?
Le niveau de vie des français.. est au point !?
Bientôt peut-être la Syrie à 399.- euros comme destination, non !?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
narine
Spammer
Spammer


Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 683

MessagePosté le: 21 Aoû 2014 21:33    Sujet du message: Répondre en citant

Le choix de ce personnage (Ahmet Davutoglu) en remplacement de T.Erdogan comme chef du parti d'AKP et futur premier ministre turc mérite bien sa place dans ce sujet!
La libé qui relie l'information de l'Agence Française de Propagande (AFP) :

Citation:
Turquie: Davutoglu succède à Erdogan à la tête du gouvernement
AFP 21 août 2014 à 07:20 (Mis à jour : 21 août 2014 à 19:42)


Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu lors d'un meeting à Ankara, le 20 août 2014 (Photo Adem Altan. AFP)

Le Premier ministre et président élu turc Recep Tayyip Erdogan a, sans surprise, fait jeudi de son fidèle ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu son successeur à la tête du parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie et du gouvernement.

A l’issue d’une réunion de plusieurs heures de l’état-major de son Parti de la justice et du développement (AKP), l’homme fort du pays a dévoilé le nom de son dauphin devant un parterre de dignitaires du parti, sous un tonnerre d’applaudissements.

«Je pense que notre candidat à la présidence du parti et au poste de Premier ministre réalisera les idéaux de la +nouvelle Turquie+ (son slogan électoral, ndlr) et les objectifs de l’AKP pour 2023 (centenaire de la République)», a-t-il déclaré.

Sitôt nommé, M. Davutoglu est monté à la tribune pour promettre à «M. le président» Erdogan de poursuivre le «mouvement de restauration» du pays qu’il a engagé il y a douze ans et l’assurer de sa totale allégeance.

«Aucune graine de discorde ne peut être plantée entre nous», a-t-il lancé.

Malgré les efforts de M. Erdogan pour maintenir un certain suspense, le choix de cet universitaire de 55 ans comme dauphin n’était plus qu’un secret de Polichinelle, complètement éventé mardi par le chef de l’Etat sortant Abdullah Gül.

M. Davutoglu travaille aux côtés de l’actuel Premier ministre depuis son arrivée à la tête du gouvernement en 2003. Il fut d’abord son conseiller diplomatique, avant de prendre en 2009 le portefeuille de ministre des Affaires étrangères.

Député AKP de sa province natale de Konya (centre), ce polyglotte est le maître d’œuvre de la nouvelle diplomatie turque, dite «néo-ottomane», qui a vu le retour de la Turquie sur l’avant-scène mondiale, notamment au Moyen-Orient.

Le bilan de cette politique dite de «zéro problème avec les voisins» s’est toutefois singulièrement dégradé. Depuis le «Printemps arabe de 2011», Ankara a des relations exécrables avec l’Egypte, la Syrie et Israël, jadis son allié.

De l’avis de nombreux observateurs, le futur Premier ministre Davutoglu ne devrait guère contrarier l’autorité du nouveau président Erdogan, qui a remporté dès le premier tour le scrutin présidentiel avec près de 52% des suffrages.

- Unité et loyauté -

Agé de 60 ans, M. Erdogan envisage de modifier la Constitution pour y renforcer les prérogatives de la présidence, jusque-là largement protocolaires.

L’opposition a annoncé son intention de tout faire pour empêcher la présidentialisation annoncée du régime, qualifiée de «dérive autocratique». «La Turquie est entrée dans l’ère des Premiers ministres marionnettes», a regretté jeudi le chef du principal parti de l’opposition, Kemal Kiliçdaroglu.

Au cours de leur passation de pouvoir officieuse, les deux hommes ont effectivement joué l’air de l’union et de la complicité.

«La détermination de mon frère Davutoglu à combattre la structure parallèle a beaucoup joué dans mon choix», a déclaré M. Erdogan, dans une allusion au mouvement dissident de l’imam Fethullah Gülen, qu’il accuse d’avoir ourdi un «complot» contre lui. «Nos ennemis vont être déçus», a-t-il insisté.

De son côté, le futur chef du gouvernement a promis de maintenir à tout prix «l’unité» de l’AKP, alors que le retour annoncé dans le parti du président sortant Abdullah Gül alimente les rumeurs de divergences à sa tête.

Désormais choisi par son camp, M. Davutoglu devrait officiellement prendre la tête de l’AKP au cours d’un congrès extraordinaire prévu pour le 27 août. Sitôt investi, le 28 août, le président Erdogan le chargera de former un nouveau gouvernement.

Depuis plusieurs jours déjà, la presse turque bruisse de pronostics sur le nom de son successeur à la tête de la diplomatie turque.

En tête de la liste des prétendants, le directeur des services de renseignement (MIT) Hakan Fidan, un fidèle considéré comme le «gardien des secrets» de l’ère Erdogan, le ministre des Affaires européennes Mevlüt Cavusoglu ou celui de la Culture Ömer Celik.

Les marchés financiers ont, quant à eux, les yeux fixés sur les futurs titulaires des portefeuilles économiques dans le nouveau gouvernement.

Les investisseurs s’inquiètent d’un éventuel départ du vice-Premier ministre chargé de l’économie, Ali Babacan, et de son collègue des Finances Mehmet Simsek, qu’ils considèrent comme les principaux artisans de la réussite économique et de la stabilité financière de la Turquie.

AFP

http://www.liberation.fr/monde/2014/08/21/turquie-davutoglu-intronise-jeudi-successeur-d-erdogan_1084105
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cengiz-han
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 12 Jan 2008
Messages: 10592
Localisation: Paris

MessagePosté le: 22 Aoû 2014 1:29    Sujet du message: Répondre en citant

C'est le début de la fin je dirais...

Il était le ministres des affaires étrangères qui voulait un conflit avec la Syrie... Dieu merci des écoutes nous ont sauvé.

On avait accusé le "paralel" mais peut-être que c'est l'Allemagne qui écoutait la Turquie qui a sauvé la Turquie en rendant public cette réunion soit disant ultra secrete!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » La vie sociale, économique & politique en Turquie mais aussi en France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 5 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com
Adaptation pour NPDS par arnodu59 v 2.0r1

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilités de ceux qui les ont postés dans le forum.