46 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
  CrĂ©er un compte Utilisateur

  Utilisateurs

Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2197

Actuellement :
Visiteur(s) : 46
Membre(s) : 0
Total :46

Administration


  Derniers Visiteurs

cengiz-han : 04h38:58
murat_erpuyan : 1 jour, 05h10:51
lalem : 1 jour, 14h37:09
administrateu. : 2 jours
duygu : 4 jours


  NĂ©tiquette du forum

Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont postés dans le forum. Tout propos diffamatoires et injurieux ne sera toléré dans ces forums.


Forums d'A TA TURQUIE :: Voir le sujet - Turquie, captée sur le net
Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum Forums d'A TA TURQUIE
Pour un Ă©change interculturel
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs    

Turquie, captée sur le net

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Traitement mĂ©diatique de la Turquie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
murat_erpuyan
Admin
Admin


Inscrit le: 30 Jan 2006
Messages: 8743
Localisation: Nancy / France

MessagePosté le: 20 Juin 2011 23:06    Sujet du message: Turquie, captĂ©e sur le net Répondre en citant

Plusieurs sites en relation avec le Moyen-Orient dont les initiateurs restent souvent dans l’ombre, parlent de la Turquie d’une manière contradictoire (par exemple sur le mouvement Gülen). Si vous avez le temps jetez un coup d’oeil.

Sur nuitdorient.com > http://bit.ly/jcV73i

Sur oumma.com > http://bit.ly/ivOVOB
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dr_Hergele
Expert
Expert


Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 171
Localisation: Lyon & Izmir

MessagePosté le: 21 Juin 2011 11:52    Sujet du message: Répondre en citant

Lire Ă©galement :

http://www.menapress.org/

Vers une nouvelle victoire des islamistes en Turquie (info # 011106/11) [Analyse]

Par Selim Berkmen © Metula News Agency







Si les illusions des media occidentaux sont tenaces quant au rôle de « modèle dans la démocratisation du monde musulman » qu’ils lui attribuent (Reuters titrait le 6 Juin dernier : « la Turquie montre la voix au printemps arabe » …), des voix discordantes se firent entendre ces derniers jours dans la presse turque et internationale. The Economist s’attira, de la sorte, les foudres du gouvernement turc, en signalant les dangers pour la démocratie d’une victoire écrasante du parti au pouvoir lors des législatives.

Récemment, un éditorialiste turc, Ahmet Altan, du quotidien Taraf (La Position), connu pourtant pour ses positions favorables à Erdogan et soutenant les arrestations des militaires laïcs, s’inquiéta également des dérives autoritaires du régime ; ceci, suite aux attaques répétées contre les media, et à l’inculpation des journalistes ayant dévoilé les liens entre le pouvoir et les confréries religieuses.

Un réveil tardif de ceux qui ont amplement contribué aux avancées d’Erdogan, au nom du libéralisme, et de la lutte contre la place prépondérante qu’occupent les structures laïques héritées du kémalisme. Ces prises de conscience tardives d’intellectuels seront-elles à même d’entraver la marche forcée de la Turquie vers une islamisation générale, et de permettre une mise en lumière des risques que cela comporte ? Ou est-il déjà trop tard pour espérer un retournement de tendance, comme le pensent beaucoup d’observateurs turcs avisés ?

11/06/2011

Metula News Agency ©
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dr_Hergele
Expert
Expert


Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 171
Localisation: Lyon & Izmir

MessagePosté le: 27 Juin 2011 14:40    Sujet du message: Répondre en citant

Elections turques : victoire des islamistes et troubles en perspective [Analyse]

Par Selim Berkmen © Metula News Agency

Les élections législatives du 12 juin en Turquie se déroulèrent sans surprises et se soldèrent par la victoire du Parti de la Justice et du Développement (AKP) du Premier ministre Erdogan. Cette formation a obtenu 50 % des suffrages exprimés, ainsi que 327 députés sur 550 à l’Assemblée Nationale, soit une majorité de 60% des élus.

Le premier parti d’opposition, le Parti Républicain du Peuple (CHP), laïc et social-démocrate, épuré de ses cadres historiques, à l’initiative de son nouveau leader Kiliçdaroglu, a obtenu 26 % des voix et 135 sièges à la chambre ; alors que le Parti de l’Action Nationaliste, (MHP), est parvenu à atteindre le quorum des 10% nécessaires à la représentation parlementaire, avec 50 élus et 13 % des voix.

Les spécificités du système électoral turc ne permettant pas la représentation des partis obtenant moins desdits 10% à l’échelle nationale, les libéraux laïcs des anciens premiers ministres Mesut Yilmaz et Tansu Çiller, qui gouvernèrent la Turquie dans les années 90, se sont totalement effondrés, obtenant des scores inférieurs à 1%. Quant aux candidats autonomistes pro-kurdes du BDP (Parti de l’Unité et de la Démocratie), qui s’étaient présentés sous l’étiquette indépendante, ils parvinrent à remporter 35 sièges, avec un peu plus de 6% des voix.

Des seize formations ayant participé à la consultation, seules quatre seront donc représentées au parlement, qui se réunira pour la première fois demain mardi.

Si l’on fait abstraction du taux record de participation de 87% - qui laisse planer des soupçons de fraude aux yeux de certains observateurs locaux -, et au-delà des données brutes, illustrant le troisième succès électoral des islamistes « modérés » d’Erdogan, au pouvoir depuis 2002, une analyse plus fine des résultats fait apparaître une profonde fracture de la société turque, ainsi que la consolidation d’une tendance, mettant en cause le caractère laïc et unitaire de l’Etat ; une particularité qui constituait pourtant le ciment de la république turque depuis sa fondation en 1923.

Les régions côtières de la mer Egée et de la Thrace orientale, aux confins de la Grèce et de la Bulgarie, modernistes et traditionnellement acquis à la laïcité, accordèrent la majorité de leurs voix au CHP (laïc et social-démocrate) comme lors de scrutins précédents. Il en alla de même dans la province de Tunceli, à l’Est, peuplée d’alaouites kurdes [1].

Les départements du Sud-Est, à la frontière de la Syrie et de l’Iraq, votèrent, quant à eux, massivement pour les candidats indépendants autonomistes.

Dans les quartiers populaires des mégapoles industrialisées d’Istanbul et Ankara, la propagande du parti au pouvoir et des imams de quartier, prônant le retour aux valeurs ancestrales et vantant les mérites des progrès économiques, a fait mouche.



Quadrillés par les confréries et les cadres de l’AKP, ces quartiers demeurent peuplés d’« immigrés » des campagnes, confrontés aux difficultés de la vie quotidienne, et craintifs face à la vie citadine, la considérant comme semée d’embûches et de débauche.

Les ghettos d’Istanbul, qui abritent une population désœuvrée venue de l’Est et du Sud-Est, ont jeté leur dévolu sur les candidats « indépendants » du parti autonomiste kurde.

Le succès de la formation d’Erdogan paraît toutefois constituer une victoire à la Pyrrhus, dans la mesure où le Premier ministre sortant, dont l’ambition était de modifier la Constitution pour instaurer un régime présidentiel, ne dispose pas du nombre d’élus requis à cet effet ; une majorité des deux tiers des députés auraient été en effet nécessaires pour lui ouvrir la voie vers la magistrature suprême. Erdogan devra ainsi composer avec les autres partis pour parvenir à ses fins, à moins de trouver d’autres moyens, en marge de la légalité, pour restreindre la représentation de l’opposition.

Ces exercices périlleux, s’appuyant sur un appareil juridique remodelé lors du précédent mandat du 1er ministre islamiste, et de plus en plus inféodé à l’exécutif, risquent d’entacher la régularité de l’exercice du pouvoir et d’accentuer le climat d’instabilité. Une fronde des nouveaux élus du BDP en témoigne déjà, qui menacent de boycotter le parlement, suite à l’invalidation du mandat de l’un des leurs, Hatip Dicle, condamné pour « propagande terroriste ».

La décision du Conseil Supérieur Electoral (YSK) [chargé de superviser le déroulement des élections. Ndlr.], qui avait pourtant donné son aval à la candidature de Hatip Dicle, sonne comme une provocation, après le report de ses voix sur sa rivale de l’AKP, qui fut proclamée élue à sa place, conférant un siège supplémentaire au parti majoritaire.

Dans le même registre, on observe le cas peu ordinaire de deux nouveaux élus du parti laïc et social-démocrate ; il s’agit de Mustafa Balbay, journaliste au célèbre quotidien Cumhuriyet, (La République), et du professeur Heberal, connu pour ses travaux sur la transplantation. Tous deux sont détenus sans jugement depuis trois ans dans le cadre de l’enquête sur les « réseaux Ergenekon » [2], dans laquelle ils sont accusés d’avoir fomenté un coup d’Etat d’obédience laïque contre le gouvernement AKP. Balbay et Heberal ont fait acte de candidature depuis leurs cellules de prison, le tribunal rejetant leur demande de mise en liberté à l’occasion de la tenue du scrutin ; les incertitudes planent quant à la validation de leurs mandats.

La reprise des hostilités par les séparatistes kurdes, dans la guerre civile larvée opposant depuis des décennies le Parti Ouvrier du Kurdistan (PKK) à l’Etat turc, dans les provinces majoritairement peuplées de Kurdes, et qui connut une courte trêve durant la période électorale, constituerait un nouveau facteur d’instabilité dans une zone de troubles aux paramètres complexes ; un tel regain de violence ajouterait également de la difficulté aux tâches déjà peu commodes de la diplomatie turque. Une diplomatie qui peine à jongler entre les différentes forces rivales dans la région, et qui doit faire face, dans l’immédiat, à l’afflux massif de refugiés fuyant les exactions de l’armée syrienne. Parmi lesquels on trouve des milliers de Kurdes.

Le raid récent des soldats d’Al Assad, dans un village à un kilomètre de la frontière turque, faillit opposer les deux armées face à face, montrant à quel point les équilibres étaient fragiles, en dépit des « amitiés retrouvées », entre une Syrie sunnite, soumise à la dictature d’une caste militaire alaouite, et une Turquie ambitionnant désormais le leadership du monde sunnite, affairée à l’exportation de son modèle « d’islam modéré ».

La presse turque vient de dévoiler, à propos d’un autre conflit, l’approvisionnement régulier de l’armée du colonel Kadhafi en denrées alimentaires par des sociétés anatoliennes ; ce, en dépit des retournements de tendances à répétitions de la diplomatie turque.

Erdogan pourra-t-il poursuivre longtemps ses numéros de funambule contre vents et marées ?

Notes :

[1] Les alaouites en Turquie constituent une communauté religieuse, traditionnellement attachée aux institutions laïques, dans un environnement dominé par l’islam sunnite. La province de Tunceli est majoritairement peuplée d’alaouites parlant un dialecte kurde, le zaza, qui les distingue des autres kurdophones du pays.

[2] Des dizaines d’arrestations furent opérées au cours des trois dernières années dans les milieux laïcs et dans les rangs de l’armée, et les mises en détention se poursuivent, sans qu’aucune condamnation ne soit prononcée jusqu’aujourd’hui contre les personnes mises en examen.



Metula News
Agency ©
27 Juin 2011

http://www.menapress.org/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
avci1979
Advanced Expert
Advanced Expert


Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 333
Localisation: Belgique/Turquie

MessagePosté le: 30 Juin 2012 2:05    Sujet du message: Répondre en citant

Incroyable les gars, vraiment la Turquie arrive à un point économique jamais arrivé et on arrive encore à le critiquer le gouvernement? Tout ça il apprécie moins Ataturk ou pas du tout.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SelimIII
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 30 Aoű 2007
Messages: 2540
Localisation: Paris

MessagePosté le: 30 Juin 2012 10:32    Sujet du message: Répondre en citant

avci1979 a écrit:
Incroyable les gars, vraiment la Turquie arrive à un point économique jamais arrivé et on arrive encore à le critiquer le gouvernement? Tout ça il apprécie moins Ataturk ou pas du tout.


Dini imani par olan paragoz adam, hersey ekonomi mi?

Tabii vahabi kafasi olanlar para olunca gerisini unuturlar.

Oku bakalim 28 tarihli Le Monde'un basyazisini buraya da koymuslar, ama seni boyle seyler irgalamaz, varsa yoksa para

http://www.ataturquie.asso.fr/static.php?op=informations_turquie_pf_120628_10&npds=1

Git bir de kafan varsa tartis : Erdogan une chance pour la Turquie ?

http://ataturquie.asso.fr/modules.php?ModPath=phpBB2&ModStart=viewtopic&t=7065&t=7065&sid=42e0692760f10a5718a53a03f1128427
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
KralAuriverde
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 1085

MessagePosté le: 30 Juin 2012 13:12    Sujet du message: Répondre en citant

Avrupa Konseyinin hukuk alanında danışma organı görevini yürüten Demokrasi ve Özgürlük İçin Avrupalı Yargıçlar Birliğinin (MEDEL) iki üyesinin Türkiye gözlem raporunda‚ sert eleştirilerde bulunuldu.Raporda‚ Türkiyede yargı siyasi gücün emrine verilmiştir ve yargının kontrol ve sınırlandırma işlevlerini yapmasına izin verilmemektedir denildi.

DENİZ FENERİ‚ MİT/KCK ÖRNEKLİ RAPOR

Deniz Feneri‚ şike‚ MİT/KCK soruşturmaları örnek gösterilen raporda‚ soruşturma-yargılamanın‚ Politik gücü elinde tutanların çevreleri için tehlikeli boyut kazandığında ilk tepki olarak savcı ya da hakimin dosyadan el çektirildiği haklarında soruşturma açıldığı savunuldu. Raporda‚ Böylesi bir korku hakim ve savcıların kişisel ve kurumsal bağımsızlıklarına bir tehdittir denildi.

YARSAV DAVET ETTÄ°

YARSAVın daveti üzerine Türkiye gelen 3-9 Haziranda Ankara ve İstanbulda Adalet Bakanı‚ yüksek yargı organlarının başkanları‚ HSYK üyeleri‚ baro başkanları ve bir dizi yargı mensubuyla görüşen MEDEL temsilcileri Christoph Strecker (MEDEL Yönetim Kurulu Üyesi‚ Emekli Yargıç‚ Stuttgart‚ Almanya) ve Vito Monetti‚ (MEDEL Eski Başkanı‚ Cenova İstinaf Mahkemesi Başsavcısı‚ İtalya) Türkiye gözlem raporlarını tamamladı. YARSAV ve Yargı-Sene müdahalelerin de eleştirildiği rapor satırbaşları ile şöyle:

Ä°KTÄ°DAR YANDAĂžLARI YARGIDAN MUAF

Soruşturmalar ya da yargılamalar politik gücü elinde tutanların çevreleri açısından tehlikeli bir boyut kazanmaya başladığında‚ ilk tepkileri ilgili savcıya veya hakimi dosyadan el çektirmek; görevini ya da görev yaptığı şehri değiştirmek yine ilgili savcı veya hakim hakkında disiplin soruşturması ya da ceza soruşturması başlatmak ve kanun değişikliği yaparak iktidar yandaşlarını yargıdan muaf tutmak.

YĂśRĂśTME MANÄ°PULE EDÄ°YOR

Yukarıda bahsedilen bu durum yargının sıklıkla ve çeşitli yollarla yürütme erki tarafından manipule edildiğinin açık bir kanıtıdır. Savunmayı temsil eden avukatların aynı şekilde ciddi biçimde bu durumdan etkilendiği açıktır.

TÜRKİYE´DE YARGI SİYASİ GÜCÜN EMRİNE VERİLMİÞTİR

Prensip olarak adaletin üç işlevi vardır: Birincisi uyuşmazlık yönetimidir‚ ikincisi düzen sağlamadır‚ üçüncüsü ise siyasi gücün sınırlandırılmasıdır. Açıkçası Türkiyede yargı siyasi gücün emrine verilmiştir ve yargının kontrol ve sınırlandırma işlevlerini yapmasına izin verilmemektedir.

ÞAÞKINLIK İÇİNDEYİZ

Þimdi bizler‚ hiç şüphe götürmez şeklinde olan ilk izlenimimizin açıklığı karşısında şaşkınlık içindeyiz ki Türkiyede yargının bağımsızlığı ve hukuk devleti adına çok şey yapılmak zorundadır. Bunu temin için hakim ve savcıların mensubu olduğu özerk birliklerin önemi büyük.

Taaa Avrupadan anladılar bir biz anlamıyoruz...



A part ça "l'économie turque va bien" ! Super (sic) ça nous fait une belle jambe...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Raskolnikoff
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3479
Localisation: Somewhere in the world

MessagePosté le: 30 Juin 2012 13:54    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Une bonne question est posée:

A part ça "l'économie turque va bien" ! Super (sic) ça nous fait une belle jambe...
(dixit Auriverde) et (re sic et sic-ter.... Laughing )

Oui, le sujet Ă©tant Ă©conomie, que cet Avci (chasseur) de Bruxelles nous explique:
ça veut dire quoi au juste "l'économie va bien"?
La santé et les performances d'une économie ne se réduisent pas à quelques indicateurs conjoncturels. La répartition des revenus, l'accès à la culture et à l'éducation, à un logement décent, la part de différentes catégories sociales du revenu national, les condition de travail et droits syndicaux et sociaux des travailleurs qui effectuent les tâches les plus pénibles, etc.... que dit Avci?
L'économie a une dimension sociale. Le taux de mortalité infantile en Turquie est l'un des plus élevés en Europe par exemple.
_________________
Родион Романович Раскольников
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
KralAuriverde
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 1085

MessagePosté le: 01 Juil 2012 13:45    Sujet du message: Répondre en citant

Raskolnikoff a écrit:
Citation:

Une bonne question est posée:

A part ça "l'économie turque va bien" ! Super (sic) ça nous fait une belle jambe...
(dixit Auriverde) et (re sic et sic-ter.... Laughing )

Oui, le sujet Ă©tant Ă©conomie, que cet Avci (chasseur) de Bruxelles nous explique:
ça veut dire quoi au juste "l'économie va bien"?
La santé et les performances d'une économie ne se réduisent pas à quelques indicateurs conjoncturels. La répartition des revenus, l'accès à la culture et à l'éducation, à un logement décent, la part de différentes catégories sociales du revenu national, les condition de travail et droits syndicaux et sociaux des travailleurs qui effectuent les tâches les plus pénibles, etc.... que dit Avci?
L'économie a une dimension sociale. Le taux de mortalité infantile en Turquie est l'un des plus élevés en Europe par exemple.



Ben oui, c'est ça le plus important , c'est que l'ensemble du peuple puisse profiter de cette richesse de manière équitable et pas que ces connards au pouvoir s'enrichissent chaque jour davantage un peu plus, en faisant profiter aussi en catimini leurs proches. Et le tout en s'immisçant dans nos vies privées, et en régulant même notre kamasutra, restreignant ainsi nos libertés individuelles. Mad Qu'est-ce que je m'en tamponne comme de l'an quarante de l'embellie économique du pays ! Ces types, ils sont partis de rien du tout ! Ils vendaient probablement des biscuits, des pois chiches et des pipasols, maintenant ils sont à la tête de grands holdings. Comment ils en sont arrivés là ? En spéculant en bourse (sic) ? Dire qu'ils critiquaient les kémalistes lorsqu'ils étaient dans l'opposition, pour "spoliation". Qu'est-ce qu'ils ont fait en 10 ans ? Pire. Après avoir distribué quelques sacs de charbon et de riz à l'approche de chaque élection, maintenant ils distribuent des Ipads pour prendre le gaz du peuple.

Yemezzzleeerrrr !!! Mad Du moins pour une poignée de gens sensés, hélas !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Raskolnikoff
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3479
Localisation: Somewhere in the world

MessagePosté le: 01 Juil 2012 13:55    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Ben oui, c'est ça le plus important , c'est que l'ensemble du peuple puisse profiter de cette richesse de manière équitable et pas que ces connards au pouvoir s'enrichissent chaque jour davantage un peu plus, en faisant profiter aussi en catimini leurs proches. Et le tout en s'immisçant dans nos vies privées, et en régulant même notre kamasutra, restreignant ainsi nos libertés individuelles. Mad Qu'est-ce que je m'en tamponne comme de l'an quarante de l'embellie économique du pays ! Ces types, ils sont partis de rien du tout ! Ils vendaient probablement des biscuits, des pois chiches et des pipasols, maintenant ils sont à la tête de grands holdings. Comment ils en sont arrivés là ? En spéculant en bourse (sic) ? Dire qu'ils critiquaient les kémalistes lorsqu'ils étaient dans l'opposition, pour "spoliation". Qu'est-ce qu'ils ont fait en 10 ans ? Pire. Après avoir distribué quelques sacs de charbon et de riz à l'approche de chaque élection, maintenant ils distribuent des Ipads pour prendre le gaz du peuple.

Yemezzzleeerrrr !!! Mad Du moins pour une poignée de gens sensés, hélas !


Nous sommes tout Ă  fait en phase cher ami, mais cela ne suffit pas.
Yiyenler çogunlukta..... Aziz Nesin usta hakliymis!!!!!!
_________________
Родион Романович Раскольников
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
KralAuriverde
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 1085

MessagePosté le: 01 Juil 2012 14:03    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, "Iyi uykular Türkiye", comme il aimait souvent répéter.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Raskolnikoff
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3479
Localisation: Somewhere in the world

MessagePosté le: 03 Juil 2012 12:42    Sujet du message: Répondre en citant

ISTANBUL
UNIVERSITÉ DE GALATASARAY - Une nouvelle promotion diplômée

Écrit par Margaux Agnès

Vendredi 29 juin avait lieu à l’Université de Galatasaray la remise des diplômes de l’année 2011-2012. Une belle et émouvante soirée qui restera certainement longtemps gravée dans les esprits des nouveaux diplômés et de leur famille

Remise des diplĂ´mes dans un cadre fantastique (photo MA)

Famille et amis des étudiants étaient nombreux à s’être donné rendez-vous ce vendredi soir à l’Université de Galatasaray. Le recteur de l’université Ethem Tolga, la rectrice adjointe Hélène Zajdela ainsi que des professeurs des différents départements étaient également présents. Après l’hymne national turc, Gülşah Alp a pris la parole, au nom des diplômés pour remercier les professeurs de l’université et rappeler la fierté des étudiants de faire partie de cette " famille Galatasaray ", une institution " qui devient progressivement une partie de votre identité ".

Hervé Magro, Consul Général de France à Istanbul, a fait part de son plaisir d’être présent à la remise des diplômes de cette promotion. Une promotion particulière comme il l’a rappelé puisque c’est aussi celle du 20ème anniversaire de l’université. Le Consul Général a tenu à rappeler l’importance de l’Université de Galatasaray pour la Francophonie et son rôle dans les relations entre la France et la Turquie. " Vous serez à jamais membres de cette famille proche de la France " a-t-il déclaré aux nouveaux diplômés.

C’est ensuite Hélène Zajdela, rectrice adjointe de l’université, qui s’est exprimée. La soirée était particulière pour elle, puisqu’après cinq ans passés à l’Université de Galatasaray Hélène Zajdela s’envole pour le Royaume-Uni. C’est donc avec une pointe d’émotion qu’elle a pris le micro pour rendre hommage à cette " université francophone dans un pays qui ne l’est pas ", ce qui représente pour elle un " défi permanent ". Elle a également tenu à remercier ses collègues et à rappeler les différentes réformes qui ont eu lieu au sein de l’université. La réforme du consortium par exemple, qui permettra aux étudiants d’obtenir des diplômes de la Sorbonne, de Lille 1, de Bordeaux 3 et peut être bientôt d’Aix-Marseille, le tout sans quitter l’Universiré de Galatasaray. La rectrice adjointe a ensuite eu un mot pour les étudiants, chez lesquels elle a apprécié " la curiosité, la vivacité d’esprit, l’audace et l’humour ".

Avant la grande remise des diplômes, c’est enfin le recteur Ethem Tolga qui a pris la parole, rappelant la place unique de l’Université de Galatasaray, " la fenêtre par laquelle la société turque s’ouvre sur l’Occident ". Dernier conseil aux nouveaux diplômés : " Il vous faudra à partir de maintenant développer vos connaissance et vous renouveler sans cesse. Car à notre époque, tout change de manière extrêmement rapide ".
Après ces différents discours, les étudiants ont été appelés sur scène un par un. Et c’est avec le sourire aux lèvres, devant leur famille, leurs amis et leurs professeurs qu’ils sont montés sur scène pour se voir remettre le précieux sésame. On pouvait lire sur leurs visages de la fierté, de la joie et de l’émotion.

Des sentiments confirmés par le témoignage de ces quatre tout nouveaux diplômés à la fin de la soirée :

Sevim Eylül, 23 ans, diplômée de sciences politiques
Cette journée était très importante pour tous les étudiants. Les professeurs ainsi que les membres de la famille étaient là. Ma famille est d’ailleurs très heureuse de ce diplôme. D’un côté je suis triste de quitter Galatasaray car c’est notre dernier jour ici et j’y ai beaucoup de souvenirs. Mais d’un autre côté, tout le travail et les examens ne vont pas me manquer ! Je vais certainement continuer mes études, mais pas tout de suite. Je vais déjà prendre des vacances et ensuite je réfléchirai à ce que je peux faire, en Turquie ou ailleurs.

Umut, 27 ans, diplômé de littérature française
Je suis bien sûr très heureux aujourd’hui après cette remise des diplômes. Un peu triste aussi parce que j’ai vécu beaucoup d’années ici et je me suis fait beaucoup d’amis. Je vais maintenant continuer mes études en France, à Perpignan. Je ne suis pas encore certain du domaine, mais ce sera certainement en commerce international. Je change complètement de branche.

Can, 25 ans, diplômé de philosophie
Ça a été une journée fatigante. On est resté ici pendant trois heures. Mais c’était bien. Nous avons invité nos familles, c’était un bon moment. Je suis heureux de quitter Galatasaray après six ans passés ici. Je ne sais pas encore ce que je ferai à la rentrée, j’attends mes résultats. J’ai fait une demande pour aller faire un master de philosophie à Paris I où j’ai déjà passé une année comme étudiant Erasmus.

Meval, 24 ans, diplômée de littérature française
Aujourd’hui je me suis sentie fière et émue. C’est vraiment un prestige de faire partie de cet établissement. Je suis triste de quitter l’université mais aussi très excitée pour le futur, car être étudiante de Galatasaray me donnera des opportunités. Maintenant je vais partir aux Etats-Unis pour faire un master et pour rejoindre mon fiancé qui habite là bas.

Margaux Agnès (www.lepetitjournal.com/istanbul) lundi 2 juillet 2012

http://www.lepetitjournal.com/istanbul/a-la-une-istanbul/114019-universite-de-galatasaray-une-nouvelle-promotion-diplomee.html
_________________
Родион Романович Раскольников
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Traitement mĂ©diatique de la Turquie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com
Adaptation pour NPDS par arnodu59 v 2.0r1

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilités de ceux qui les ont postés dans le forum.