42 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
  Créer un compte Utilisateur

  Utilisateurs

Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2147

Actuellement :
Visiteur(s) : 42
Membre(s) : 0
Total :42

Administration


  Derniers Visiteurs

murat_erpuyan : 05h53:30
Philippe : 09h50:57
Dom : 14h03:17
SelimIII : 14h37:29
Georges : 19h24:40


  Nétiquette du forum

Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont postés dans le forum. Tout propos diffamatoires et injurieux ne sera toléré dans ces forums.


Forums d'A TA TURQUIE :: Voir le sujet - Hacivat et Karagöz, théatre d'ombre
Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum Forums d'A TA TURQUIE
Pour un échange interculturel
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs    

Hacivat et Karagöz, théatre d'ombre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Culture : littérature, art (cinéma, photos...), traditions...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Salih_Bozok
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 25 Nov 2006
Messages: 1444

MessagePosté le: 26 Juil 2007 22:32    Sujet du message: Hacivat et Karagöz, théatre d'ombre Répondre en citant

http://www.mymerhaba.com/fr/main/content.asp_Q_id_E_1134
Karagöz et Hacivat

Karagöz et Hacivat
La légende raconte qu’un contremaître bossu du chantier de la mosquée d’Ulu à Bursa et son comparse le forgeron Hacivat se livraient à de telles pitreries et bavardages que les autres ouvriers s’arrêtaient de travailler pour les regarder et ne pas rater un bon mot. Le sultan Orhan Gazi (1324-1402) fort mécontent du retard de la construction, ayant eu vent de l’affaire, les fit exécuter immédiatement.

Sur l’initiative d’un chef de tribu arabe, Küsteri, leurs plaisanteries souvent douteuses et leurs comportements furent repris par le théâtre d’ombres. Le rideau où est représenté le théâtre de Karagöz porte encore aujourd’hui le nom de ce chef arabe : Rideau de Küsteri.

Le théâtre d’ombres serait né soit à Java soit en Egypte. Le sultan Selim I au retour d’une campagne en 1517 dans ce dernier pays aurait ramené des joueurs d’ombres orientales. Des figurines, certaines articulées, de 35-40 cm faites de peau de chameau ou de buffle devenue translucide par traitement à l’huile et colorée, sont animées derrière une toile blanche qu’éclaire une lampe en contre-jour.

Du 17ème au 19ème siècle, ce spectacle suscita un grand intérêt dans les palais, les maisons bourgeoises et tardivement dans toutes les couches sociales. Représenté dans les cafés fréquentés par le milieu populaire, il devint une forme de satire sociale-politique.

Le héros Karagöz littéralement “Oeil Noir” est comme Guignol d’une certaine manière, le symbole du bon sens populaire. Personnage apparemment ingénu, vaillant et modeste, il est presque analphabète, gaffeur, astucieux, fourbe. Se mêlant de tout, il se met dans des situations impossibles, ne réfléchit pas avant d’agir et se moque de l’autorité. L’ensemble du théâtre de Karagöz est étroitement lié à la culture turque et ses traditions orales.

Les principaux personnages sont : Karagöz, Hacivat, l’idiot du village, le mendiant arabe, le juif chiffonnier ou bijoutier, le Grec, le savant ou domestique arménien, la servante noire de la maison, la tante circassienne, le gardien albanais, le bon vivant, le nabot, entre autres; le fumeur d’opium, le batelier, ainsi que les épouses respectives de Karagöz et Hacivat qui s’entendent bien mais ne sont pas représentées.

Les thèmes choisis peuvent être : critiques de la société, problèmes de la vie quotidienne, contes populaires, imitation de personnages connus et dérision de certaines traditions.

Le jeu commence par une préface dans laquelle Hacivat sur un rythme musical lit une “Semai” (sorte de chanson populaire), différente à chaque représentation. Puis vient la partie conversation : Karagöz fait son apparition et commence une incessante discussion, personnage ignorant, il interprète de travers les paroles de Hacivat, personnage cultivé. Il s’ensuit des querelles qui se terminent par une humiliation de Hacivat. Les évènements se nouent et dénouent suivant l’arrivée des autres personnages. Un prélude musical, puis la fin du jeu par le repentir de Karagöz qui supplie Hacivat de lui pardonner ses erreurs. Pour finir celui-ci déclare au public comme façon de s’excuser : si la langue nous a fourché, pardonnez-nous ! Sürç-ü lisan ettikse affola


_________________
http://www.kemalistler.net/
« Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis. »
[ Paul Nizan ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Culture : littérature, art (cinéma, photos...), traditions... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com
Adaptation pour NPDS par arnodu59 v 2.0r1

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilités de ceux qui les ont postés dans le forum.