72 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
  Créer un compte Utilisateur

  Utilisateurs

Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2178

Actuellement :
Visiteur(s) : 72
Membre(s) : 0
Total :72

Administration


  Derniers Visiteurs

murat_erpuyan : 10h01:25
cengiz-han : 1 jour, 09h54:32
SelimIII : 1 jour, 14h25:35
lalem : 1 jour, 17h55:51
administrateu. : 4 jours


  Nétiquette du forum

Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont postés dans le forum. Tout propos diffamatoires et injurieux ne sera toléré dans ces forums.


Forums d'A TA TURQUIE :: Voir le sujet - Neyzen, poête et musicien....
Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum Forums d'A TA TURQUIE
Pour un échange interculturel
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs    

Neyzen, poête et musicien....

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Culture : littérature, art (cinéma, photos...), traditions...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Salih_Bozok
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 25 Nov 2006
Messages: 1444

MessagePosté le: 23 Juil 2007 12:25    Sujet du message: Neyzen, poête et musicien.... Répondre en citant

Neyzen Tevfik, sa vie...



Né en 1879 à Bodrum et décédé en 1953 à Istanbul, Neyzen Tevfik est un élément atypique de la vie littéraire et artistique de la fin de l'Empire Ottoman et du début de la République turque.

Son surnom, Neyzen, le joueur de ney (flûte turque en roseau associée au service religieux dans le mouvement derviche, cliquer sur ney => http://www.instrumentsdumonde.com/pays.php?continent=4&pays=10#) ne résume pas assez la diversité des domaines artistiques et littéraires qu'il a abordé.

Autodidacte et associal, Neyzen Tevfik apprend le persan, des rudiments de solfège, le saz, le ney et intègre le couvent Mevlevi d'Izmir. Sorte de "fou du village", souvent ivre et fréquemment interné, il couche sur le papier sa mélancolie et dénonce la bassesse de l'homme et les injustices d'une société dont il se détache de plus en plus. Il vit à Istanbul (à Galata puis à Kasımpasa) où il poursuit ses activités de Mevlevi et devient un derviche Bektachi.

Il se lie d'amitié avec Mehmet Akif (auteur des vers de l'hymne national), ce qui influence sa plume. Il part pour l'Egypte au tournant de la révolution jeune-turque (1908) et rentre à Istanbul en 1913.

Il ne se préoccupe pas de développer son jeu du ney et du saz ni même de respecter de les règles de la musicologie, mais sa musique charme ses auditeurs. Sa poésie, exprimée dans une langue assez complexe mêlée de turc et de persan est d'un accès bien plus difficile.


...Son oeuvre

Deux recueils de poèmes sont à noter : Hiç (Rien), 1919 et Azab-ı Mukaddes, (la Souffrance sacrée) 1949.

Neyzen Tevfik écrivait dans une langue complexe, c'est la raison pour laquelle ses textes sont rapidement tombés dans l'oubli ou bien restés dans le domaine des érudits et donc difficilement portés à la connaissance du grand public.

Il n'existe aucune traduction française de ses recueils à ce jour.


Felek

Yamansın her zaman aldattın beni
Kâh düşürdün kâhi kaldırdın felek !
Mecnun'sun diyerek Leyla peşinden,
Issız vadilere saldırdın felek !

Rehbersin dedin, ben ise kördüm,
Elimle başıma çok çorap ördüm,
Kendimi bıraktım âlemi gördüm,
Hesapsız günâhlar aldırdın felek !

Þifadır dedin, zehir tattırdın,
Gençliğin okunu boşa attırdın,
Körlerin yurdunda ayna sattırdın,
Çıkmaz sokaklara daldırdın felek !

Barışmadı gönlüm merd ile zenle,
Ne bir iş bilenle ne boş gezenle,
Hicran köşesinde bozuk düzenle,
Neyzen'e her telden çaldırdın felek !


Ciel

Ciel, tu t'es moqué de moi, tu m'a dupé,
Tantôt tu m'as fait plonger, tantôt tu m'as relevé,
Tu m'as fait suivre des vallées abandonnées,
"Va" me disais-tu, comme Medjnoun à la poursuite de sa Leyla

Ciel, j'ai cru être un berger, or j'étais aveugle
J'ai tellement rêvé et me suis égaré dans l'ombre
Que quand je me suis laissé pour voir le monde,
J'ai accusé à tort et à travers, l'Homme.

Ciel, tu m'as empoisonné par tes remèdes
Et fait jeter ma jeunesse dans le vide,
Marchand de miroir au pays des aveugles,
Tu m'as refoulé dans des voies condamnées !

Mon coeur n'a pu faire la paix avec les hommes,
Ni avec l'artisan inlassable ni avec l'oisif qui se traîne.
Sur la scène de la désolation, un air sonne faux,
Ciel, tu as fait joué Neyzen de toutes les cordes.




article de Céline Saday
traduction du turc du poème "Ciel" par Zeynep Sokolowski

référence :

http://www.turkishdelight.fr/forum/viewtopic.php?t=6026&start=0&postdays=&postorder=&highlight=
_________________
http://www.kemalistler.net/
« Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis. »
[ Paul Nizan ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Salih_Bozok
V.I.P
V.I.P


Inscrit le: 25 Nov 2006
Messages: 1444

MessagePosté le: 23 Juil 2007 12:27    Sujet du message: Répondre en citant



J'ai interrogé sur toi, les uns et les autres, et ils ne m'ont pas dit la vérité.
Certains t'ont traité de voleur, d'autres de lâche, et même de proxénète!
J'ai téléphoné au Parti pour connaitre ton identité
"D'après nos registres, ils est maintenant député" m'ont ils répondu....

_________________
http://www.kemalistler.net/
« Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis. »
[ Paul Nizan ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
murat_erpuyan
Admin
Admin


Inscrit le: 30 Jan 2006
Messages: 8585
Localisation: Nancy / France

MessagePosté le: 23 Juil 2007 23:28    Sujet du message: En effet ! Répondre en citant

Il est inconnu en France mais aussi de plus en plus (pour les jeunes générations) en Turquie...

Pourquoi ne pas faire un petit dossier sur lui dans OLUSUM/GENESE, ainsi on pourrait traduire un certain nombre des ses textes tout en le présentant.

Que dit Salih pour s'atteler à la tâche. Je pense qu'il pourrait trouver qq contributeurs pour ce dossier qu'il dirigera ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ipso_facto
Spammer
Spammer


Inscrit le: 04 Mai 2006
Messages: 514
Localisation: Kaçkar Mountains

MessagePosté le: 26 Juil 2007 0:48    Sujet du message: Répondre en citant

Puisqu'il est question de Ney et de musique et poème, j'enchaîne avec Yahya Kemal....

ESKI MUSIKI

Cok insan anliyamaz eski mûsikimizden
Ve ondan anlamiyan bir sey anlamaz bizden
Acar bir altin anahtarla ruh ufuklarini,
Hemen yayilmaya baslar seda ve nur akini
Ve seslenir büyük Itrî, semayi ôrten ruh,
Pesinde dalgalanir bestesiyle Seyyid Nuh,
O mutlu devrede Itrî'ye en yakin bir dost
Isikli danteller bestekâri Hafiz Post....
Bu neslin ortada dâhicedir basardigi is,
Vatan nasil karisir mûsikisiyle,gôstermis.

Bu yaz kemençeyi bir dinledinse Kanlica'da
Baharda bir gece tanburu dinle Camlica'da
Bu sazlarin duyulur her telinde sâde vatan,
Sihirli rûzgar eser dâima bu topraktan.

Evet bu eski nesil bir serefli âlem açar,
Duyusta ince zamanlardan inkiraza kadar.
Yüz elli yil, sira daglar birer birer yücelir
Ve âkibet Dede'nin anli sanli devri gelir.
Bu mûsikiyi, o, son kudretiyle parlatti ;
Ölünce, ülkede bir muhtesem günes batti.

Yahya Kemal.

VIEILLE MUSIQUE

Beaucoup de gens ne peuvent comprendre notre vieille musique
Et ceux qui ne peuvent la comprendre, ne peuvent nous comprendre
Elle ouvre les horizons de notre esprit avec sa clef d'or
Aussitôt, commenceront à se propager une déferlante de son et lumière
Et se fera entendre le grand Itrî, l'esprit qui couvre le ciel,
A sa suite, la composition de Seyyid Nuh ondulera,
A cette époque joyeuse, l'ami le plus proche d'Itri
Hafiz Post, le compositeur des dentelles lumineuses...
Le génie de cette génération est dans son oeuvre accomplie
Elle a démontré comment pouvait se troubler la patrie avec sa musique.

Si cet été, tu as écouté le « kemençe » à Kanlica
Ecoute un soir de printemps le « tanbur » à Camlica
Se fera entendre au travers de chaque corde du « saz » la patrie, elle seule
Souffle toujours des vents magiques sur cette terre.

Oui, cette génération ancienne entame les festivités avec honneur
A l'ouïr, des temps infimes jusqu'à son aube.
Cent cinquante années, les chaînes de montagnes s'érigeront une à une
Finalement arrivera le temps du glorieux Dede.
Il donna tout son éclat à cette musique de ses dernières forces ;
A sa mort, un magnifique soleil s'est couché sur la patrie.

Traduction : ipso_facto
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
caucasia
Newbie
Newbie


Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 13
Localisation: Paris

MessagePosté le: 03 Avr 2008 2:26    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour cette citation de mon article, Salih Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums d'A TA TURQUIE Index du Forum » Culture : littérature, art (cinéma, photos...), traditions... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com
Adaptation pour NPDS par arnodu59 v 2.0r1

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilités de ceux qui les ont postés dans le forum.