Warning: htmlspecialchars(): charset `ISO-8859-9' not supported, assuming utf-8 in /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/posting.php on line 53

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/posting.php:53) in /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/includes/page_header_review.php on line 505

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/posting.php:53) in /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/includes/page_header_review.php on line 507

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/posting.php:53) in /homepages/14/d311014336/htdocs/forum/modules/phpBB2/includes/page_header_review.php on line 508
Forums d'A TA TURQUIE :: Revue du sujet - The Cut de Fatih Akin
Auteur Message
Dikran
MessagePosté le: 03 Mai 2016 20:39    Sujet du message: The Cut de Fatih Akin

The cut est un très beau film plein d'émotions. Avant de critiquer sans rien savoir, il serait bon que vous alliez voir ce film.

C'est un Turc qui l'a écrit et il est critiqué quand même. Comme quoi, dès que l'on traite du génocide arménien, cela crée des remous dans le monde turc. On ne peut pas traiter ce sujet tabou pour les Turcs en dehors des intellectuels.

Une bonne remise en question ferait le plus grand bien au nationalisme turc. Mais en est-il capable ?
administrateur
MessagePosté le: 19 Mar 2015 2:21    Sujet du message:

administrateur a écrit:
La contribution d' alsebfav et la réponse de kralauriverdi ne concernent pas directement le film d'Akin.

Il existe 66 contributions quand vous tapez "Rechercher" des forums..

Un tout petit rappel pour la bonne compréhension...


l’échange entre alsebfav & KralAuriverde est transfére :

http://bit.ly/1bgoD5r
administrateur
MessagePosté le: 16 Mar 2015 23:15    Sujet du message:

La contribution d' alsebfav et la réponse de kralauriverdi ne concernent pas directement le film d'Akin.

Il existe 66 contributions quand vous tapez "Rechercher" des forums..

Un tout petit rappel pour la bonne compréhension...
KralAuriverde
MessagePosté le: 16 Mar 2015 22:14    Sujet du message:

Le rôle des autres minorités dans le "Génocide" ?

Aucun rapport ! Les affrontements qui ont eu lieu entre Kurdes et Arméniens étaient des différends liés à des rivalités, territoriales notamment, et à des questions de vengeance. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu d'exactions, de spoliations et des meurtres. Lors des déportations, le gouvernement jeune turc avait interdit toute forme de violence à l'égard des convois de déportés arméniens. De surcroît, il fit traduire les auteurs (fonctionnaires ou civils) coupables d'exactions, de brutalités et de spoliations, en cours martiales, avec souvent des condamnations sévères à la clé dont des pendaisons ou des peines de prison longues. Ce qui entre en totale contradiction avec la thèse d'un "génocide".

L'Allemagne ? Aucun rapport avec la Seconde Guerre mondiale et avec les Hereros.

Ce n'est pas le rôle des minorités qu'il faut évoquer ici, mais bien le rôle joué par les comités révolutionnaires arméniens, manipulés par les grandes puissances et la Russie, qui ont entraîné leurs compatriotes dans ce désastre humain. Lisez les aveux de Hovhannes Katchaznouni dans son allocution en 1923 à Bucarest devant les membres de son parti, le dachnaksoutioun.
alsebfav
MessagePosté le: 16 Mar 2015 20:33    Sujet du message: L'Histoire N° Fevrier 2015 - Le Genocide des Armeniens

Je vous recommande la lecture de ce N° encore disponible dans les kiosques, mais peut-être aussi sur leur page web.
J'y ai appris des choses très intéressantes :
- les arméniens étaient des amoureux sincères de la langue turque, à tel point que le premier "roman turc" a été écrit par un arménien, le premier dictionnaire français-turc a été publié par un arménien, certains journaux arméniens étaient écrits en turc mais avec l'alphabet arménien.
- ne pas sous-estimer le rôle des autres minorités dans le Génocide : kurdes, tcherkesses et tchetchenes. En effet, suite aux différentes guerres russes dans le Caucase, les minorités tcherkesses et tchetchenes se sont réfugiées dans l'Empire Ottoman. De nature belliqueuse, ces minorités n'ont pas hesité à s'en prendre aux arméniens et à leurs biens lorsque les occasions se sont présentées
- le rôle de l'Allemagne, partenaire économique et militaire de la Turquie, doit être élucidé. Les arméniens sont passés par des camps de concentration. Or l'Allemagne disposait d'une certaine experience dans ce domaine en Namibie (1904 : tentative de Genocide sur les Hereros : 70.000 morts)
Ce Genocide est vraiment un gâchis. Les arméniens ont payé le prix trop fort pour les indépendances (légiitimes) des peuples des Balkans, et pour les délires impériaux des Russes dans le Caucase et sur l'Anatolie. Turcs/Arméniens, Musulmans/Chretiens étaient vraissemblabement les deux faces d'une même pièce.
KralAuriverde
MessagePosté le: 13 Sep 2014 23:08    Sujet du message:

Cyberturc a écrit:
KralAuriverde a écrit:


Il est tout à fait logique que les turcs diminuent les chiffres et que les arméniens les gonflent. Je ne crois pas que ce débat soit très intéressant.

Vous affirmez qu'ils n'avaient pas le temps de séparer le "grain de l'ivraie". C'est pour cela qu'ils ont mis les femmes, les enfants et les vieillards dans les églises pour les bruler vifs.

Pour dire cela, je ne me base pas sur le récit de tel ou de tel lobbyiste arménien, c'est le mon grand-oncle qui a servi dans l'armée ottomane qui a toujours soutenu la thèse du génocide. Comme c'était un garçon turbulent, ses parents l'avaient envoyé à l'armée alors qu'il n'avait que 12 ou 13 ans. Il se planquait et constatait horrifié les scènes qu'il avait décrites. Si vous êtes turcs, vous avez tous un ou plusieurs grands parents qui ont connu la situation.

Maintenant, la réalité n'est jamais tout blanc ou tout noir. C'est sûr que les massacres des populations civiles turques par les soldats arméniens sont aussi un fait, que personne ne nie par ailleurs, mais était-ce une raison pour faire la même chose de façon aussi programmée et à si grande échelle et ne devrait-on pas appeler cela un génocide selon la morale de l'homme contemporain ?


La controverse sur les chiffres repose sur le chiffre d'"1,5 millions de victimes arméniennes" tel que c'est écrit sur le monument commémoratif à Marseille. Ce chiffre ne repose sur aucune étude sérieuse, ne base sur aucun recensement officiel, dans la mesure où dans un pays souverain ce sont les autorités étatiques qui sont habilitées à effectuer un recensement. D'autant plus que, même l'un des ouvrages de propagande de guerre écrit par le propagandiste de sa Majesté, Arnold J. Toynbee évoquait dans son Blue Book le chiffre de 600.000 morts, après le conflit, un chiffre qui semble plus terre à terre, et qui corrobore bien les travaux de Justin McCarthy sur la question. En 1914, le recensement officiel ottoman fait état de 1,3 millions de sujets arméniens vivant sur le sol ottoman. Au début des années 1920, les archives américaines mentionnent qu'environ un million d'Arméniens ont quitté le sol ottoman pour aller vivre dans les quatre coins du monde. Mais bon passons sur ses comptes d'apothicaire.

Je n'ai jamais nié qu'il y a eu des exactions à l'encontre des Arméniens, mais ce genre d'exactions, les révolutionnaires arméniens les avaient déjà commises bien avant 1915, les journaux français de l'époque en parlaient aussi. Maintenant, sur le fait de savoir si ces actions étaient le fruit d'un ordre émanant du pouvoir central, permettez moi d'en douter. On ne donne pas de tels ordres pour ensuite traduire ses propres fonctionnaires en cours martiales puis les pendre. Il existe de nombreux documents relatifs à ces procès dans les archives ottomanes. C'est sur ça que butent les historiens arméniens ou proches des thèses arméniennes.
Les histoires de grand mère et de grands pères il y en a à la pelle du côté turc. J'ai un très bon ami de Kars, qui me raconte les horreurs que ses arrières grands parents ont vécues de la main même de ces barbares de révolutionnaires arméniens, souvent avec beaucoup plus de raffinement. Les archives arméniennes -fermées à la recherche - en sont remplies.

La thèse de génocide repose sur de la falsification de documents, considérés comme tels par les plus grands spécialistes d'histoire ottomane. Lorsque j'étais étudiant c'est l'un deux qui m'a appris que les documents soi-disant attribués au CUP n'étaient en réalité que des faux grossiers.

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi ces fanatiques arméniens en France cherchent à museler la recherche historique en faisant du chantage électoral sur les élus afin que ces derniers fassent voter une loi de pénalisation de la négation du "génocide" arménien ?

Ce n'est pas une question de morale, mais une question relevant du droit international, qui est très strict en la matière, puisque seule une juridiction ad hoc à vocation à statuer sur ce genre de questions. C'est écrit noir sur blanc dans la Convention des Nations Unies sur les génocides dans son article IX.

Tant qu'un TPI n'aura pas statué dessus, pour moi ça restera de la pure diffamation. Vous allez me dire comment il pourrait statuer compte tenu que les protagonistes ne sont plus là depuis un siècle. C'est justement là où le bat blesse. Le tribunal de Paris avait déjà donné un début de réponse dans les années 1990 dans l'affaire qui opposait le célèbre orientaliste à l'oeuvre mondialement connu, qu'est Bernard Lewis, aux associations nationalistes de France téléguidées depuis le régime bananier d'Erevan. Mais la presse française n'en avait pas fait un grand fracas à l'époque.

Je n'ai malheureusement pas le temps en ce moment de m'étaler sur ce sujet, que je connais bien depuis des lustres, étant donné que je prépare une soutenance très importante. Je vous répondrais plus en détail dans les prochains jours une fois que mon "calvaire" sera terminé. Veuillez donc m'excuser d'avance si je ne vous réponds pas immédiatement.
Cyberturc
MessagePosté le: 13 Sep 2014 13:29    Sujet du message:

KralAuriverde a écrit:
Pourquoi un tel ordre ? C'est très simple. Il est de notoriété publique que les Arméniens étaient des "belligérants de facto" et ce depuis le début du conflit ( cf les correspondances de Boghos Noubar pacha avec les officiels français ou le Times of London daté du 30 janvier 1919). Bien entendu que tous les Arméniens n'ont pas agi comme une "Cinquième colonne" et qu'on peut déplorer ces lourdes pertes de gens qui vivaient comme des sujets normaux avant les agissements des comités révolutionnaires arméniens, mais je pense que le comité CUP n'avait ni le luxe, ni le temps, de séparer le bon grain de l'ivraie à une époque où l'ennemi attaquait de toutes parts ce qui était voué à disparaître si Mustafa Kemal n'était pas intervenu. Ce sont les événements tragiques de Van qui ont provoqué les décrets de mai 1915, lesquels ne sont pas tombés du ciel comme un cheveu qui tombe dans la soupe.


Il est tout à fait logique que les turcs diminuent les chiffres et que les arméniens les gonflent. Je ne crois pas que ce débat soit très intéressant.

Vous affirmez qu'ils n'avaient pas le temps de séparer le "grain de l'ivraie". C'est pour cela qu'ils ont mis les femmes, les enfants et les vieillards dans les églises pour les bruler vifs.

Pour dire cela, je ne me base pas sur le récit de tel ou de tel lobbyiste arménien, c'est le mon grand-oncle qui a servi dans l'armée ottomane qui a toujours soutenu la thèse du génocide. Comme c'était un garçon turbulent, ses parents l'avaient envoyé à l'armée alors qu'il n'avait que 12 ou 13 ans. Il se planquait et constatait horrifié les scènes qu'il avait décrites. Si vous êtes turcs, vous avez tous un ou plusieurs grands parents qui ont connu la situation.

Maintenant, la réalité n'est jamais tout blanc ou tout noir. C'est sûr que les massacres des populations civiles turques par les soldats arméniens sont aussi un fait, que personne ne nie par ailleurs, mais était-ce une raison pour faire la même chose de façon aussi programmée et à si grande échelle et ne devrait-on pas appeler cela un génocide selon la morale de l'homme contemporain ?
KralAuriverde
MessagePosté le: 10 Sep 2014 22:41    Sujet du message:

"mais le problème vient pour moi du fait que l'on condamne toute une population pour les agissements de certains et que la majorité des arméniens à l'époque avait juré la loyauté à l'empire."

Toute la population arménienne de la Sublime Porte n'a pas été condamnée, mais uniquement les Arméniens qui vivaient dans l'Est anatolien. Ceux qui vivaient dans l'Ouest du pays furent exemptés des décrets de déportation de mai 1915. Comme je l'ai déjà évoqué en citant un document d'archives du Quai d'Orsay, de 6 à 700.000 Arméniens furent déplacés sur 1,3 millions recencés en 1914. Les chiffres estimant la population arménienne à plus de 2 millions d'âmes ne sont que de pures affabulations destinées à accréditer la fumeuse thèse d'1,5 millions d'Arméniens tués entre juin 1915 et 1917. Il est de notoriété publique aujourd'hui que les massacres d'Armeniens - que personne en Turquie ne conteste- ne constituent en aucun cas la seule cause des décès de cette population arménienne qui a été contrainte à un exil forcé. Il existe des témoignages d'officiers français comme celui du Colonel Lamouche par exemple, qui fait part d'épidémies, de malnutrition, de manque d'hygiène dans les camps en Syrie et de conditions météorologiques désastreuses qui expliquent aussi de lourdes pertes. Rappelons quand même que 90.000 soldats ottomans sont morts aussi en quelques nuits dans le froid hivernal de l'est anatolien à cette même époque. Lorsque l'armée française s'était retirée de Maras pendant l'hiver 1920, sur les 5000 Arméniens qu'elle escortait de 2 à 3000 Arméniens y laissèrent la vie, pourtant en l'absence de toute intention hostile. On oublie aussi prématurément que lorsque l'Armée russe avait avancé , sur les 300.000 musulmans déplacés de force, la moitié avait également perdu la vie. Mais bon, leur vie ne compte pas, ce n'étaient que de "simples musulmans".

Citation:
Ce n'est pas vrai qu'ils n'ont pas été massacrés on sait très bien aujourd'hui que l'ordre de déportation était un sentence de mort et la seule chose qui fait que cet énoncé n'est pas tout à fait exact, c'est que les ordres n'ont pas été appliqués dans bien des cas, soit pour des raisons louables comme des hauts dignitaires qui risquaient leurs têtes pour ne pas appliquer les ordres, soit d'ailleurs plus prosaïquement des soldats ou des fonctionnaires qui se laissaient acheter.


Les fonctionnaires ottomans qui avaient désobéi aux directives du pouvoir central ont été traduits en cours martiales et quelques dizaines d'entre eux ont même été pendus. Même feu Gilles Veinstein en parle dans son article dévastateur, publié dans le magazine l'Histoire du printemps 1995. A contrario, aucun soldat arménien n'a été traduit devant des tribunaux militaires pour avoir massacré des populations musulmanes. Nulle part, dans les décrets de mai 1915 n'est mentionné un quelconque ordre de massacre. Ces affabulations proviennent du tissu de mensonges grossiers d'Andonian.

Pourquoi un tel ordre ? C'est très simple. Il est de notoriété publique que les Arméniens étaient des "belligérants de facto" et ce depuis le début du conflit ( cf les correspondances de Boghos Noubar pacha avec les officiels français ou le Times of London daté du 30 janvier 1919). Bien entendu que tous les Arméniens n'ont pas agi comme une "Cinquième colonne" et qu'on peut déplorer ces lourdes pertes de gens qui vivaient comme des sujets normaux avant les agissements des comités révolutionnaires arméniens, mais je pense que le comité CUP n'avait ni le luxe, ni le temps, de séparer le bon grain de l'ivraie à une époque où l'ennemi attaquait de toutes parts ce qui était voué à disparaître si Mustafa Kemal n'était pas intervenu. Ce sont les événements tragiques de Van qui ont provoqué les décrets de mai 1915, lesquels ne sont pas tombés du ciel comme un cheveu qui tombe dans la soupe.
Cyberturc
MessagePosté le: 07 Sep 2014 0:15    Sujet du message:

KralAuriverde a écrit:
Toujours les mêmes rengaines et toujours les mêmes allégations partisanes et mensongères de l'indécrottable Figaro qui reprend à la lettre les antiennes de la propagande du régime bananier d'Erevan.
"Génocide" (sic) arménien perpétré entre ... et..., et " 1,2 millions de morts arméniens" (re-sic) rien que ça, et ce, sans évoquer les faux grossiers d'Andonian, sans évoquer le demi-million de musulmans massacrés par la soldatesque arménienne engagée dans les armées des pays de l'Entente et de la Russie. Inutile aussi de rappeler que la triste et sinistre Légion Étrangère était aussi appelée la Légion arménienne d'Orient puisque l'écrasante majorité de ses membres étaient des Arméniens. Et on se doute qu'ils ne sont pas allés en Anatolie pour y cueillir des figues et du raisin.
Rappelons au Figaro qu'il n'a jamais été question d'une politique d'extermination des Arméniens ottomans, puisque cette allégation ne repose que sur des documents falsifiés et de la propagande de guerre, reconnus comme tels y compris par les historiens favorables aux thèses arméniennes. Et que si il y a eu une politique de relocation des Arméniens au printemps 1915, celle-ci n'a concerné que la moitié de cette population. Le chef de la Délégation arménienne Boghos Noubar pacha, présent à la conférence de la paix en 1919, dans une de ses correspondances adressée au Ministre des Affaires étrangères françaises, S. Pichon, en 1918, évoquait le chiffre de 6 a 700.000 déportés, parmi lesquels il est attesté par un autre document d'archives (américain) qu'un demi-million d'entre eux était arrivés sains et saufs en février 1916 à Alep en Syrie. Les autres sont restés chez eux tout au long du conflit sans être inquiétés. Comment peut-on être si partisan au sujet de cette controverse historique puisque tous les historiens sérieux qui se respectent refusent catégoriquement d'utiliser le concept juridique de génocide pour qualifier les massacres d'Armeniens de l'Empire ottoman ?
Je suis profondément déçu par Fatih Akin, je ne cautionnerais en aucun son dernier film au nom des centaines de milliers de Turcs massacrés sauvagement à la même époque par les criminels de guerre tels que Antranik (égorgeur et violeur de jeunes enfants), Ganayan dit Dro le général nazi etc...Dommage, Fatih Akin aurait d'abord dû se documenter avant de se lancer dans un sujet aussi délicat et surtout dans un contexte où les thèses arméniennes enregistrent revers sur revers.



Ah mais il va falloir en parler. Certes, la réalité n'est jamais tout blanc ou tout noir. Même aujourd'hui quand vous avez une manifestation vous avez un nombre donné de participants selon les organisateurs et un autre par la police alors comment voulez-vous donner un chiffre pour cela? La réalité est probablement aux alentours de 2 ou 300 mille et bien sûr qu'il y a eu des massacres de populations turques par des soldats arméniens ayant revêtu l'uniforme de l'ennemi…

…mais le problème vient pour moi du fait que l'on condamne toute une population pour les agissements de certains et que la majorité des arméniens à l'époque avait juré la loyauté à l'empire. Beaucoup de soldats arméniens dans les armées ottomanes aussi ont été tués simplement parce-qu'ils étaient arméniens alors qu'ils s'apprêtaient à combattre et peut-être à donner leurs vies pour ce qu'ils considéraient comme leur patrie. et 2 ou 300000 personnes, ça fait beaucoup de monde quand même.

Ce n'est pas vrai qu'ils n'ont pas été massacrés on sait très bien aujourd'hui que l'ordre de déportation était un sentence de mort et la seule chose qui fait que cet énoncé n'est pas tout à fait exact, c'est que les ordres n'ont pas été appliqués dans bien des cas, soit pour des raisons louables comme des hauts dignitaires qui risquaient leurs têtes pour ne pas appliquer les ordres, soit d'ailleurs plus prosaïquement des soldats ou des fonctionnaires qui se laissaient acheter.

La seule chose que je ne comprends pas, c'est le mobile, le pourquoi d'un tel ordre ? J'ai déjà exprimé mes réserves sur la question du nationalisme des jeunes turcs, puisqu'on sait parfaitement que le mouvement était le bras politique du mouvement sabbatéen qui était très vraisemblablement sioniste. On sait aussi que les courants autonomistes arméniens tels que le Daschnak étaient leurs alliés au début. La thèse du nationalisme via l'unité religieuse me parait donc complètement insensé. On sait aussi par ailleurs que tout a été fait pour que l'empire Ottoman perde les territoires de la Palestine via des trahisons internes via le même circuit de décideurs….Bref, tout cela est très nébuleux et tant qu'on n'aura pas tiré tout cela au clair, aucun des morts, que ce soit du côté turc ou du côté arménien ne pourra reposer en paix.
KralAuriverde
MessagePosté le: 03 Sep 2014 14:38    Sujet du message:

Toujours les mêmes rengaines et toujours les mêmes allégations partisanes et mensongères de l'indécrottable Figaro qui reprend à la lettre les antiennes de la propagande du régime bananier d'Erevan.
"Génocide" (sic) arménien perpétré entre ... et..., et " 1,2 millions de morts arméniens" (re-sic) rien que ça, et ce, sans évoquer les faux grossiers d'Andonian, sans évoquer le demi-million de musulmans massacrés par la soldatesque arménienne engagée dans les armées des pays de l'Entente et de la Russie. Inutile aussi de rappeler que la triste et sinistre Légion Étrangère était aussi appelée la Légion arménienne d'Orient puisque l'écrasante majorité de ses membres étaient des Arméniens. Et on se doute qu'ils ne sont pas allés en Anatolie pour y cueillir des figues et du raisin.
Rappelons au Figaro qu'il n'a jamais été question d'une politique d'extermination des Arméniens ottomans, puisque cette allégation ne repose que sur des documents falsifiés et de la propagande de guerre, reconnus comme tels y compris par les historiens favorables aux thèses arméniennes. Et que si il y a eu une politique de relocation des Arméniens au printemps 1915, celle-ci n'a concerné que la moitié de cette population. Le chef de la Délégation arménienne Boghos Noubar pacha, présent à la conférence de la paix en 1919, dans une de ses correspondances adressée au Ministre des Affaires étrangères françaises, S. Pichon, en 1918, évoquait le chiffre de 6 a 700.000 déportés, parmi lesquels il est attesté par un autre document d'archives (américain) qu'un demi-million d'entre eux était arrivés sains et saufs en février 1916 à Alep en Syrie. Les autres sont restés chez eux tout au long du conflit sans être inquiétés. Comment peut-on être si partisan au sujet de cette controverse historique puisque tous les historiens sérieux qui se respectent refusent catégoriquement d'utiliser le concept juridique de génocide pour qualifier les massacres d'Armeniens de l'Empire ottoman ?
Je suis profondément déçu par Fatih Akin, je ne cautionnerais en aucun son dernier film au nom des centaines de milliers de Turcs massacrés sauvagement à la même époque par les criminels de guerre tels que Antranik (égorgeur et violeur de jeunes enfants), Ganayan dit Dro le général nazi etc...Dommage, Fatih Akin aurait d'abord dû se documenter avant de se lancer dans un sujet aussi délicat et surtout dans un contexte où les thèses arméniennes enregistrent revers sur revers.
Dom
MessagePosté le: 02 Sep 2014 22:21    Sujet du message:

Citation:
Mostra de Venise : le réalisateur Fatih Akin menacé de mort

Présenté ce week-end en compétition, le film du réalisateur germano-turc The Cut, qui traite du génocide arménien, n'a pas plu aux ultranationalistes turcs. Le magazine nationaliste Ötüken, a même lancé un appel au boycott en Turquie.

Le réalisateur allemand d'origine turc Fatih Akin (Soul Kitchen) s'attaque, dans The Cut à un sujet peu traité au cinéma: le génocide arménien. Dans ce film présenté en sélection à la Mostra de Venise, il raconte l'histoire d'un père (Tahar Rahim) qui, ayant survécu aux massacres des Arméniens en 1915, se lance à la recherche de ses deux filles à travers le monde. Un sujet qui n'a pas plu aux ultranationalistes turcs.

En conférence de presse, le réalisateur a expliqué avoir reçu des menaces de mort lui promettant le même sort que Hrant Dink, journaliste turc d'origine arménienne assassiné devant les locaux du journal Agos, à qui Akin voulait d'ailleurs consacrer un long métrage. Ces menaces sont le point culminant de la tension qui entoure le film depuis plusieurs semaines. La Turquie n'a jamais reconnu le génocide arménien, perpétué entre avril 1915 et juillet 1916, qui a tué un million deux cent mille personnes.

La Turquie est «mûre pour ce film.»

Selon les autorités turques, le massacre a décimé cinq cent mille personnes. Mais pour le réalisateur Fatih Akin, qui s'est confié dans les colonnes de Der Spiegel, la Turquie est «mûre pour ce film.» Des déclarations immédiatement suivies par une riposte du magazine nationaliste Ötüken, qui a déclaré que le film ne serait montré dans aucun cinéma en Turquie. Ces derniers affirment que le film serait «la première d'une série d'initiatives destinées à pousser la Turquie à accepter le mensonge du génocide arménien.»

Projeté à la Mostra de Venise, le sujet du film a été salué par le Guardian. S'il a déploré une certaine «simplicité émotionnelle», le journaliste Peter Bradshaw a rappelé que «cet épisode horrible de l'histoire [était] négligé au cinéma.»




Source : http://www.lefigaro.fr/culture/2014/09/01/03004-20140901ARTFIG00141-mostra-de-venise-le-realisateur-fatih-akin-menace-de-mort.php
Cyberturc
MessagePosté le: 02 Sep 2014 17:58    Sujet du message:

J'irai sûrement voir ce film et je suis personnellement très heureux que ce soit un turc qui ait pris la peine de le faire car si critique il doit y avoir, je préfère que ce soit de l'autocritique plutôt que d'autres qui nous apprennent à quel point nous serions pourris.

Après, il y a sûrement à débattre mais je m'inscris totalement en marge de courants partisans qui voudraient que sous prétexte qu'on est turc, on devrait tenir telle ou telle position. Je ne demande qu'à voir, me renseigner et m'instruire sur la question en évitant le plus possible de me faire manipuler. Ce n'est pas facile et on a vu au moment de Gezi comment le système médiatique fonctionne en Turquie mais probablement aussi ailleurs.
pasa
MessagePosté le: 02 Sep 2014 13:55    Sujet du message:

"Le lobby négationniste serait-il plus puissant en France qu'en Italie?"
vous rigolez !
vous oubliez que les ultras arméniens sont très puissants en France: voir ce qui est arrivé au regretté Gilles Veinstein !

moi je préfère NBC ! NBC ne fait pas de politique à l'étranger!
il respecte son pays ! que FA médite ça ! on peut être patriote sans être ultra !

plus fondamentalement Jacques Chirac avait dit dans les années 80 quelque chose de définitif contre le mélange de la culture et de la politique !

allez voir Winter Sleep !
Cyberturc
MessagePosté le: 02 Sep 2014 13:12    Sujet du message:

Ah d'accord !
MRay57
MessagePosté le: 01 Sep 2014 23:39    Sujet du message:

"bullshit" un terme anglais très pratique, passe-partout.

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com
Adaptation pour NPDS par arnodu59 v 2.0r1